Arizona : Grand Canyon

Publié le par Frederique

Paysages démesurés, labyrinthes rocheux …

On a visité le parc national Grand Canyon par la rive Nord.
Ce côté-là - beaucoup moins touristique - est fermé pendant l'hiver, de mi-octobre à mi-mai, et rouvre quand le temps le permet. On monte à 2 700 m d'altitude et fin mai il y a encore des plaques de neige. Beaucoup de vent aussi, il ne fait pas chaud !

Mais c'est très joli, on est sur le plateau, au milieu des bouleaux et de grands sapins, des biches, des écureuils et des dindons sauvages, et d'un coup on débouche sur le canyon.


Il est long de 446 km, profond de 1 500 m, et large de 16 km en moyenne. Ce n'est pas le canyon le plus profond (il y en a d'autres plus profonds au Mexique, en Californie) ni les roches les plus anciennes (comme celles dans le Nord du Canada), mais c'est un très beau canyon, majestueux et grandiose.


Il a fallu 2 milliards d'années à la rivière Colorado, et à l'action conjuguée du vent, de la pluie et de la fonte des neiges pour creuser ce canyon. Des bandes vertes, bleues, pourpres, roses, rouges brique, orange, or, jaunes et blanches marquent les strates de roche ancienne mise à nu. C'est très beau, et changeant en fonction de la lumière.

Grand Canyon est depuis longtemps habité : d'abord par les paléo-chasseurs il y a 10 000 ans, puis il y a 4 000 ans par les peuples primitifs du désert, 1 900 ans par les ancestral Puebloans (les Anasazi), et enfin, depuis 700 ans, ce sont les tribus des Havasupai et des Hualapai qui habitent le canyon. Il reste divers vestiges de cette occupation : habitations, figurines, outils, pétroglyphes, etc.

Pour les plus courageux, il existe un chemin de randonnée qui traverse le canyon : descente au fond de la gorge (11 à 16 km), il faut compter 2 à 3 jours pour poursuivre la marche de l'autre côté du fleuve et remonter sur l'autre versant.

Il y a de magnifiques points de vue, sur le versant Sud, la rivière Colorado, et plusieurs gorges impressionnantes. C'est immense, on se sent bien petit au bord du gouffre !

 

Commenter cet article