En route vers l'Alaska : carénage puis Sidney Spit, Maple Bay et Wallace Island

Publié le par Frederique

Victoria - Wallace Island, BC, Canada

Le 30 mars 2005 on a quitté Victoria (Colombie Britannique, Canada), après un hiver bien paisible passé dans cette ville agréable et chaleureuse, en compagnie d'amis canadiens.

Il était temps de s'occuper un peu du bateau, et lui refaire une beauté avant de monter en Alaska.
On est allé au chantier de Canoe Cove, à côté de Sidney et de Schwartz Bay (le départ des ferries pour Vancouver).

Peu de salissures : quelques coquillages sur la quille et le safran, les eaux froides ont cet avantage que les algues ne poussent pas vite ! Le chantier est grand, un travelift sort les bateaux et les range en épi, sur un terrain plat au milieu de grands arbres.
Il y a un petit magasin d'accastillage, un pub-restaurant, douches (1$ les 5 minutes) et laverie (1$ le lavage, 25c par 6 minutes de séchage), même une petite galerie d'art !
Au bout d'une semaine on avait réussi à refaire l'antifouling, entre 2 journées de pluie.
Le carénage n'est déjà pas un travail amusant en soi, mais quand il fait froid et qu'il pleut c'est encore moins drôle ! Les températures sont encore fraîches début avril, entre 10 et 15° la journée.



Sidney Island, Sidney Spit (48°38.48'N et 123°20.05'W)

Le bateau tout propre et allégé de ses coquillages, on est allé passer quelques jours à Sidney Spit. C'est un parc et une réserve naturelle, avec un bon mouillage dans la grande baie. Il y a des bouées, payantes quand le parc est ouvert du 15 mai au 30 septembre, et un ponton payant, démonté pour hiver.
A terre, c'est une belle forêt, une petite plaine et des centaines de mètres de plage de sable fin, poussé là par d'anciens glaciers. Etant une réserve naturelle, on peut observer beaucoup d'animaux à Sidney Spit : loutres sur la plage et dans l'eau, de nombreuses espèces d'oiseaux, des cerfs, des oies canadiennes, des petits serpent, etc.
C'est un endroit très calme qu'on aime beaucoup, mais le mouillage est malheureusement grand ouvert à l'Ouest.


Maple Bay, Birds Eye Cove (48°47.84'N et 123°35.95'W)

On est ensuite allé rendre visite à des copains à Maple Bay, et faire quelques courses à Duncan avec eux. On avait hésité à passer l'hiver là plutôt qu'à Victoria, mais la ville est vraiment trop loin, et sans voiture tout devient difficile. Il n'y a aucune boutique à Maple Bay, pas même ce que les Canadiens appellent un " dépanneur ", une épicerie qui vend de tout.


La météo annonce du beau temps, on décide donc de continuer notre montée vers le Nord. L'avantage de la navigation entre les îles et passages protégés, c'est que la mer est le plus souvent plate ; par contre le vent se fait rare et les navigations au moteur sont courantes.
On quitte Maple Bay par un très léger vent de Nord, et grand beau temps.

Wallace Island, Princess Bay (48°56.50'N et 123°33.20'W)

Wallace Island est un Provincial Marine Park, et fait partie du Secretary Group, avec Parker et Secretary Islands. C'est une petite île toute en longueur, avec 3 mouillages possibles : à la pointe Sud ; entre Panther Point et Picnic Point ; et sur la côte Ouest , Conover Cove et Princess Bay. C'est dans cette baie étroite que l'on a jeté l'ancre.
Une baie encaissée, dominée par de grands arbres, le long d'un rivage escarpé. Un petit ponton public permet d'accoster en annexe.

 


L'île est entièrement boisée, beaucoup d'arbutus (des arbres à belles feuilles vertes persistantes, et dont l'écorce pèle et révèle un tronc rougeâtre, lisse), de sapins, et de douglas fir. La faune aussi visiblement apprécie cet endroit très calme, on est loin de tout et l'île n'a qu'une maison sur une parcelle privée. On voit beaucoup d'oiseaux : canards, hérons, aigles (bald eagles).
Un sentier principal permet de traverser l'île, une balade d'1 heure de la pointe Sud à la pointe Nord, avec des embranchements pour explorer Conover Cove et Princess Bay.
Conover Cove est une baie très étroite en forme de T, il y a un ponton - payant quand le parc est ouvert de mai à octobre - assez grand pour 8 à 10 bateaux, et on peut mouiller de chaque côté, avec une amarre arrière à terre pour ne pas gêner les autres. A terre, une maison commune est décorée de multiples pièces de bois flottant, sculpté et gravé du nom des bateaux de passage.

Commenter cet article