Tsunami en Polynésie Française

Publié le par Frederique

Le bulletin d'informations nationales françaises de samedi matin à 9h en France - retransmis par RFO Radio en direct vendredi soir à 22h - nous a informé du fort tremblement de terre qui venait d'avoir lieu au Chili (8,8 sur l'échelle de Richter).

Qui dit séisme dans cette zone, dit tsunami pour nous, en Polynésie Française.

Il faut compter une dizaine d'heures pour que l'onde nous atteigne venant de ces côtes, c'est donc l'esprit tranquille qu'on est allé se coucher, en se disant qu'on aurait le temps de voir venir le lendemain.

Mais la nuit fut courte : d’abord le voisin qui nous téléphone à 2h du matin pour confirmer qu’il y a bien un tsunami annoncé, ensuite des copains qui prennent la mer à 3h et passent nous avertir de l’alerte, et enfin la sirène spéciale tsunami de la commune qui retentit à 4h pour alerter la population et inciter ceux qui habitent à moins de 5 mètres d’altitude à gagner les hauteurs (ou 10 mètres au dessus du niveau de la mer pour les côtes plus exposées).

Voilà, c’est officiel. Un tsunami arrive.

Gambier, l’archipel le plus à l’Est, a été mis en alerte le premier. On a téléphoné vers 6h aux copains sur place : les 3 voiliers qui séjournaient dans l’archipel étaient tous sortis du lagon et attendaient au large.

L’arrivée du tsunami sur les côtes Est de Tahiti était prévue vers 8h.

Alerte tsunami sortie

A 7h, on a quitté le lagon – dont le niveau d’eau commençait à baisser et à découvrir le récif comme pour une grande marée basse - pour rejoindre la zone des 600 mètres de profondeur, à environ 700 mètres à l’extérieur du récif.
Là, on a fait des ronds dans l’eau avec les copains, et une trentaine de bateaux sortis du lagon de Punaauia, de la marina Taina et du port de Papeete : navire de la Marine, caboteurs, grands yachts, voiliers et bateaux de pêche.

Alerte tsunami AIS
C'est rare de voir autant de monde !
N'apparaissent ici que les navires équipés d'AIS


Vers 8h on a vu une différence dans la houle – en fait 2 houles croisées, de Nord et de Sud -, un train de houle plus long et plus haut, qui à part ça est passé incognito.

Pas de dégât sur cette côte Ouest de Tahiti, le lagon ne s’est pas vidé, et les copains qui sont restés avec les voiliers à l’intérieur n’ont rien constaté.


Alerte tsunami en mer

Pendant l’attente, on suivait par la radio le déroulement des événements aux Marquises, l’archipel touché après Gambier. On était un peu inquiets pour les amis à Nuku Hiva avec la grande baie ouverte de Taiohae, mais il ne s'est rien passé. Juste un flux et reflux correspondant à un marnage de 2m, et tous les bateaux étaient sortis de la baie.

Par contre à Hiva Oa, la baie d ‘Atuona s’est vidée totalement plusieurs fois, avec de grands remous de flux et de reflux, équivalents à un marnage de 4m.
Presque tous les bateaux présents dans la baie étaient sortis en mer, seul un bateau de pêche sportive (RFO parlait d’un bonitier) n’a pas voulu quitter le quai, à ses dépends. Les 5 voiliers ont tous pris le large, s’entre aidant notamment pour en remorquer un qui avait un problème de moteur. Le phénomène de flux et reflux a duré toute la journée à Atuona, et à 17h le courant dans la baie était encore important.


Pour notre part, à 11 heures on est rentré, la passe de Taapuna avait un peu de courant mais rien d’exceptionnel, et on a repris notre emplacement habituel.

En fin d’après-midi on a eu des nouvelles de copains en navigation au Chili. Bien protéges dans le détroit de Magellan, ils n’avaient rien remarqué de particulier, et s’inquiétaient d’avantage pour les amis en Polynésie.

D’autres, en Nouvelle-Zélande, étaient en alerte à leur tour, et croisaient le long des côtes. Eux non plus ne constateront rien.


Voilà, ainsi s’est achevée cette journée de samedi, et le passage du tsunami...

Par contre au Chili le bilan est très lourd, on parle de 700 victimes et de nombreuses habitations détruites.

Commenter cet article

JOe 09/03/2010 15:14


Coucou... Bizzzzzzzzzzz


siratus 07/03/2010 05:00


Je pensais fort à vous, Frédérique, après cette catastrophe au Chili.
Il m'est trop difficile de surfer sur internet depuis mon île des Philippines pour venir plus souvent ici. Ton article est très intéressant avec tous ces bateaux qui font les bouchons...
On a craint aussi dans la région où je suis, mais les grosses vagues sont allées plus au Nord, au Japon.
Très gros bisous amicaux


Jean-Pierre et Francine 04/03/2010 15:14


Hel'eau,

très bon compte-rendu que j'ai inséré sur notre site fluvial. Nous avons pensé à vous en ces moment importants et nous sommes content de savoir que tout s'est bien passé pour vous !!

A bientôt

Lea Heureux du Tabatha


lechantdupain 02/03/2010 21:40


Merci d'avoir donné de vos nouvelles, tout va bien, heureusement !


Milou 01/03/2010 21:50


Bien pensé à vous aussi ... sommes aussi tristes pour les victimes françaises d'une simple grosse vague sur une zone construite alors qu'inondable ...
Bises
Milou