Et le pire arriva...

Publié le par Frédérique

Ou du moins, une des pires choses qui puisse nous arriver...

Lundi 13, nous sommes allés à Vancouver accueillir mes parents, Guy et Jeanine, à l'aéroport. Quelle joie de les revoir, après presque 3 ans de séparation, depuis notre départ de Tahiti !

On a passé la nuit dans un Bed & Breakfast qu'on connaissait déjà, en plein centre de Vancouver, calme, très sympathique, et pour ne rien gâcher, pas cher (chez Leslie, à la Windsor House). Et le lendemain on est allé se promener alentour, visiter la ville... et Stanley Park.

On a garé la voiture de location sur le parking, et mes parents et moi sommes allés voir de jolis totems de plus près et faire quelques photos. François est resté près de la voiture, jusqu'à ce qu'un individu vienne lui demander de le prendre en photo devant les totems, qui étaient en contrebas de l'autre côté d'un talus.

François s'est donc éloigné quelques secondes de la voiture, suffisamment loin pour ne plus la voir... et ne pas remarquer qu'un complice volait nos sacs restés à l'intérieur...

Catastrophe, il y avait TOUT dans mon sac : passeports avec visas US, cartes d'identité, permis de conduire, et bien sûr, argent liquide, chéquier  et cartes bancaires.

Dans notre malheur, on a eu de la chance, ils n'ont pas volé le sac de mon père dans lequel se trouvaient leurs passeports, billets d'avion, et carte bancaire. Mais ma mère a perdu sa carte d'identité, ses lunettes de vue, des médicaments importants, et plein de petites choses personnelles.

Pour nous donc, plus un seul papier d'identité, ni d'argent, ça fait assez bizarre...

On a donc passé notre journée à courir partout.

D'abord, retour au Bed & Breakfast pour connaître l'adresse du poste de Police le plus proche, téléphoner aux banques pour faire opposition, et s'entendre dire que pour la banque locale c'était trop tard : les voleurs avaient déjà vidé le compte... depuis un distributeur de billets, qui aurait filmé les utilisateurs, donc notre voleur.

Ensuite, Police de Vancouver : pas accueillante ni sympathique, la préposée à "l'accueil" ne voulant tout d'abord pas nous établir de déclaration de vol, sous prétexte que nous n'avions pas de pièce d'identité à lui montrer ! Ensuite elle s'est énervée parce que je pensais que mon petit sac à main était un "purse" et non un "bag", et bien sûr elle ne parlait ni ne comprenait un seul mot de français (alors que l'administration Canadienne est sensée, voire obligée, être bilingue...) et ne semblait pas apprécier que je ne soit pas une anglophone accomplie. Pour finir, elle nous a clairement signalé que le fait qu'on ait vu le malfaiteur, et que la banque ait sa photo, ne les intéressait absolument pas, et qu'il était hors de question que la Police fasse quoi que ce soit.

Etape suivante, le Consulat de France : très accueillant, très sympathique, ça faisait du bien de trouver enfin une oreille compatissante ! Ils nous ont reçu en dehors des horaires d'ouverture, et fait des papiers d'identité provisoires, valables 2 mois. Nos passeports devront attendre un peu, que les nouveaux formats avec données biométriques sortent de presse.

Pour les visas US, pas de chance, il faut tout refaire : dossier, entretien, et bien sûr payer, sans avoir la garantie d'en avoir un. Alors qu'il suffirait de les réimprimer...

Heureusement mon père avait encore sa carte bancaire, et on a pu payer le passage en ferry pour l'Ile de Vancouver, et rentrer à Victoria...

Commenter cet article

C
Ma pauvre Frédérique, ce n'est pas drôle ce qui t'est arrivé ...<br /> Il m'est arrivé la même chose à Nimes pendant que mon mari et moi faisions (en courant) les 20 km de Nimes.<br /> J'espère que tes problèmes vont vite être résolus.<br /> Bon courage pour la suite.
Répondre
L
COURAGE LA FIN DE CETTE HISTOIRE EST PAS LOIN!<br />  <br /> BISOUS LAETI
Répondre