Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Hobart Bay

Publié le par Frederique

Entrance Island, Hobart Bay (57°24.73’ N, 133°26.43’ W)  
 

 Avant de rejoindre Tracy Arm, nous faisons un petit arrêt à Hobart Bay. C’est une grande baie ouverte, prolongée par un bassin intérieur mais à l’accès délicat : beaucoup de cailloux, et la passe est étroite.

 Par contre il y a une petite île au milieu d’Hobart Bay : Entrance Island. Une île haute et densément boisée, avec une maison et une toute petite baie bien abritée. 

 

 

On s’amarre à un ponton public, qui n'est pas relié à la terre, en compagnie de 2 bateaux moteur. Le ponton est petit, et on se serre pour laisser de la place à un pêcheur qui arrive en début de soirée.

Le lendemain nous reprenons la mer, toujours au moteur car le vent est trop faible. Cette fois, nous voyons plus d’une cinquantaine de baleines.

 

 

 

 

 

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Portage Bay

Publié le par Frederique

Kupreanof Island, Portage Bay (56°57.96’ N, 133°18.27’ W)

L’entrée de Portage Bay est en chicane, et le courant nous propulse à l’intérieur à plus de 8 noeuds. Mais ensuite tout est calme, et on continue encore pendant 3 milles pour s’installer au fond de la baie, où les fonds remontent.

 Le lendemain, on s’attelle à l’opération remplissage du réservoir du chauffage. Il fait toujours entre 10° et 15° le matin, et on apprécie un peu de chauffage. Le réservoir a une capacité de 5 litres environ, ce qui nous permet de tenir de 2 à 3 semaines.

 Mais ce jour-là l’opération tourne au petit désastre : un des tuyaux de la petite pompe manuelle se déconnecte, et le gas-oil gicle depuis la descente jusqu’à la table du carré (avec moi sur le passage...). Même après récurage, l’odeur reste tenace !

 On quitte ensuite la baie, vers 10h, avec la marée descendante. Le courant dans la passe nous expulse à 7 noeuds, et nous voilà de nouveau dans Frederick Sound.

 

 

 

 

 

 

On croise 5 belles baleines, qui sondent régulièrement, queue en l'air.

 

 

 

 On passe par Stephens Passage, entre le continent et Admiralty Island, avec un vent faible d’Est. Là, encore des baleines, une quinzaine dont certaines sautent hors de l’eau.

 

 

 

 

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Frederick Sound

Publié le par Frederique

Frederick Sound, Alaska

Le lendemain, départ pour Frederick Sound, où on a croisé nos premiers icebergs. De gros blocs de glace qui se sont détachés du glacier Le Conte. Le ciel est couvert, mais on a tout de même une belle vue sur un autre glacier, dont le bas est caché par une petite montagne.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Petersburg

Publié le par Frederique

Mitkof Island, Petersburg (56°48.80' N, 132°57.60' W)

On a d'abord passé la nuit en face, amarré au ponton de West Petersburg, sur l'île de Kupreanof. Le lendemain, on est parti avant que la marée ne soit complètement basse, et qu'il n'y ait plus assez de fond pour nous au ponton.

On est allé au port de Petersburg, de l'autre côté du chenal. La ville est petite et sympathique, avec un fort héritage Norvégien. Beaucoup de faux-volets, d'enseignes et de devantures de boutiques sont ornés de Rosemaling, ces motifs floraux Norvégiens peints ; les trottoirs ont des motifs Vikings, Norvégiens, et Indiens gravés ou incrustés de bronze.
Les gens sont très sympathiques aussi, avec une ambiance de village : on a été accueilli chaleureusement par un habitant à qui on demandait un renseignement dans la rue, et qui savait qu'on allait venir ! Un bateau rencontré à Wrangell lui avait dit qu'un voilier Français était en route pour Petersburg.

C'est une petite ville très active, il y a 3 pêcheries dans le port qui fonctionnent jour et nuit, avec des chalutiers qui viennent décharger à toute heure leur cargaison de saumons, et d'halibuts (très gros poisson plat, qui ressemble au flétan). Ca fait un environnement un peu bruyant, mais on y a mangé d'excellentes crevettes !


Après un avitaillement au grand supermarché, et retour avec leur navette gratuite directement au port, on est reparti pour le ponton de l'autre côté du chenal, à West Petersburg, pour la nuit.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Wrangell Narrows

Publié le par Frederique

Wrangell Narrows, Alaska

Comme toujours dans ce genre de long canal, les courants de marées entrent par les deux extrémités et se rejoignent vers le milieu. On a donc quitté Deception Cove Anchorage pour être à Green Point (le milieu) à la renverse de courant, pour bénéficier de courants portants tout le long.

Le couloir est assez étroit à de nombreux passages, mais très bien balisé. Il y a d'ailleurs tellement de balises (63, pour être exact), que la nuit quand elles clignotent toutes, ce passage est surnommé " le chemin de l'arbre de Noël ". Mais il y a aussi beaucoup de trafic dans les Narrows : des pêcheurs, des barges tirées par des remorqueurs, les ferries, et il faut prévoir de s'écarter du chenal balisé pour céder le passage aux plus gros et plus rapides.

On s'est arrêté un peu avant le milieu des Wrangell Narrows, à Papkes Landing, parce qu'on était en avance sur l'heure de l'étale et de la renverse de courant. On a donc attendu, amarré au ponton avec des pêcheurs, puis continué jusqu'à Petersburg.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Deception Point

Publié le par Frederique

Woewodski Island, Alaska

Nous avons quitté Wrangell par une belle journée ensoleillée, rencontré beaucoup de troncs flottants dans Sumner Strait, puis entrés dans les Wrangell Narrows.



Pour rejoindre Petersburg, on n'a guère le choix dans le passage à emprunter depuis Wrangell. Le plus court chemin serait de monter le long de la côte Est de Mitkof Island, mais la rivière Stikine a presque entièrement comblé le passage, et seuls les bateaux avec très peu de tirant d'eau peuvent prendre le chenal. Pour nous - qui avons une quille d'1,80 m - il reste les Wrangell Narrows, un long couloir qui sépare Kupreanof et Mitkof Islands.

Etrangement, ces rapides sont bien loin de Wrangell pour porter son nom, ils sont beaucoup plus près de Petersburg, entre Mitkof et Kupreanof Islands. Toujours est-il qu'on a fait halte à l'entrée, dans une grande baie assez large et peu profonde, sans nom.

Woewodski Island, Deception Point Anchorage (56°32.48' N, 132°59.12' W)

Comme ce mouillage est juste sous la pointe Deception, on l'a baptisé Deception Point Anchorage... On y a passé une nuit très calme, et reparti le lendemain pour remonter les Wrangell Narrows.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Wrangell Harbor

Publié le par Frederique

Wrangell Island, Wrangell Harbor (56°27.92' N, 132°22.95' W)

On a remonté Zimovia Strait entre Etolin et Wrangell Islands, un long chenal assez large après un passage resserré et des petits rapides. Beaucoup de pêcheurs chalutent dans le passage, ou se dirigent vers Wrangell.

Wrangell, tout au Nord de l'île du même nom, est un petit port de pêche. L'espace pour les navires de passage est très restreint, et le capitaine du port nous place où les pêcheurs ne sont pas sur le moment. On s'est mis à couple d'un petit bateau à moteur, et un peu plus tard un autre voilier est venu à couple de nous. On était donc une rangée de 3 le long du quai, mais partout autour les pêcheurs (de gros chalutiers) étaient à 3 voire à 4, à couple.

Après l'amarrage, François est descendu à terre pour téléphoner aux douanes et signaler notre arrivée. Juneau sera le prochain port où on devra se manifester par téléphone. Formalités très simples : on leur communique le numéro du permis de navigation dans les eaux américaines ("cruising license "), sa date de validité, et si on est toujours 2 à bord.

Apres ça, l'équipage (moi en l'occurrence) a le droit de mettre pied à terre, et nous sommes donc allés visiter la ville et les environs. Wrangell est une petite ville, avec une rue principale commerçante, et des quartiers résidentiels autour. Les gens sont très sympathiques, et discutent volontiers.


Entre deux averses on est allé se promener sur un sentier dans le " muskeg " à la sortie de la ville. Le muskeg est un terrain très humide, spongieux, style bog irlandais, avec de petits sapins rachitiques, des buissons et beaucoup de mousses. On y a trouvé les myrtilles qu'une personne en ville nous avait indiqué.
En Alaska, il y a plusieurs espèces de myrtilles : des blueberries et des huckleberries, presque toutes bleues-noires sauf une, rouge. Les différences sont dans la forme et la couleur des feuilles, la taille du buisson, et les baies diffèrent un peu. Mais dans l'ensemble ce sont les myrtilles de nos montagnes françaises, en plus grosses et moins sucrées.



Sur le chemin du retour, on a cueilli d'autres baies, des thimbleberries, qui poussent partout en gros fourrés épais, mais pas épineux. Elles ressemblent un peu à des framboises, couleur et forme, mais en beaucoup plus mou et aux grains plus petits. Moins de saveur aussi, mais pas mal en gâteau et tarte !

Le soir on est allé voir un match de softball (l'ancêtre du baseball), encourager l'équipe locale. Le softball se joue avec une grosse balle, lancée doucement vers le batteur, tout est assez lent et avec beaucoup de temps morts. C'était amusant, mais sans beaucoup d'action !

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Whaletail Cove

Publié le par Frederique

Etolin Island, Alaska

Le lendemain nous avons repris la route en direction de Wrangell. Comme c'est un peu loin pour y arriver d'une traite, on a fait escale pour la nuit à l'entrée de Zimovia Strait, à Whaletail Cove.

Etolin Island, Whaletail Cove (56°11.30' N, 132°14.31' W)

C'est une baie qui a bien, comme son nom l'indique, la forme d'une queue de baleine.
Nous avons mouillé juste à l'extérieur, dans l'avant-baie déjà abritée. Pour rentrer à l'intérieur, il faut arriver à marée haute et franchir le palier au milieu de la passe (0,6 m de profondeur à marée basse).

L'île à cet endroit est plate, et on avait une belle vue sur la chaîne de montagnes enneigées en arrière plan.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Santa Anna Inlet

Publié le par Frederique

Cleveland Peninsula, Alaska

Le temps est couvert, mais sans pluie, et une petite brise de Sud-Ouest nous pousse un peu plus Nord dans Ernest Sound. On est passé près de Deer Island, et là, sur les rochers, un grizzli pêchait en bord de mer. Un bel ours brun, pas très gros, épaules saillantes, front bien marqué, et port de tête bas. Pas beaucoup plus doué que nous pour attraper les saumons, pourtant il s'est même jeté à l'eau plusieurs fois.

Cleveland Peninsula, Santa Anna Inlet (55°58.61' N, 131°56.01' W)

Nous nous sommes arrêtés un peu plus loin, à Santa Anna Inlet. C'est un bras de mer long de 2 milles environ, et on a jeté l'ancre tout au bout, par une douzaine de mètres de fond.

Joli mouillage, au pied de 2 belles montagnes d'un côté, une rivière au fond, et un bras de terre de l'autre côté. Il y a une grosse cascade sous les arbres, plusieurs petits ruisseaux et de grands sapins tout autour de l'inlet.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Vixen Harbor

Publié le par Frederique

Cleveland Peninsula, Alsaka

Nous sommes partis de Moser Bay avec du beau temps, et une bonne brise portante, pour contourner Cleveland Peninsula et entrer dans Ernest Sound. Beaucoup de saumons font de grands bonds hors de l'eau, et retombent sur le côté. Des pêcheurs m'ont dit que ce pouvait être une tentative pour se débarrasser soit de leurs oeufs, soit de leurs parasites. Dans les 2 cas il semblerait que ça ne marche pas& Beaucoup de bateaux aussi dans la zone, qui traînent lentement des lignes de pêche, à nous de tous les éviter.
En passant près de la côte, on a vu un beau lion de mer qui prenait le soleil sur un rocher.

Cleveland Peninsula, Vixen Harbor (55°47.86' N, 132°10.35' W)

On s'est arrêté à Vixen Harbor, une petite baie bien protégée. L'entrée est comme un couloir, longue et très étroite : 18 m de large à marée basse. Ensuite la baie s'élargi, mais est encombrée de dizaines de bouées de casiers. Et il y a une épave de vieux bateau sur la plage, style roue à aube.
On est allé mouiller dans une petite zone libre de bouées, vers le fond.

On a bien sûr mis notre casier à crabes à l'eau, et attrapé 7 beaux Dungeness de 17 à 20 cm de large, en 4 prises ! François s'est chargé de la préparation pré-cuisson : crabes posés sur le dos, un coup de couteau sur la longueur du ventre les coupent en 2 et les tue proprement. Pas de mouvements désordonnés une fois jetés dans l'eau bouillante, et on ne cuit que les parties charnues, nettoyées.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Revillagigedo Island, Moser Bay

Publié le par Frederique

Revillagigedo Island, Alsaka

Le vent de Sud a commencé à lever la mer dans le Behm Canal, et bien sûr on avait tout dans le nez, vagues et vent. On s'est donc abrité à Moser Bay, le temps que le vent se calme.


Moser Bay est une grande et large baie, mais une petite ouverture à l'Ouest dans l'entrée permet de se glisser derrière un îlot, et trouver un bon abri. Il y a plusieurs maisons sur le pourtour de la baie, avec pontons et bouées privés, mais il reste de la place pour mouiller au milieu.


Le vent a tourné au Sud-Est fort, amenant la pluie. On est resté bien au chaud, à faire une brioche (ratée, la levure est périmée depuis 2 ans) et un gâteau (le four fait de l'humidité, mais chauffe autant que le poêle).

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Blind Pass, et Klu Bay

Publié le par Frederique

Revillagigedo Island, Alaska

Entre Black et Hassler Islands, Blind Pass (55°53.71' N, 131°39.03' W)

Nous avons quitté Bailey Bay sous le soleil, pour aller juste en face, dans un petit passage entre 2 îles, très profond mais équipé d'une bouée. On a passé la nuit là, au calme.

Revillagigedo Island, Klu Bay (55°50.47' N, 131°27.81' W)

Le lendemain, encore un saut de puce. On est allé tout au fond de Shrimp Bay, dans un petit bassin nommé Klu Bay. Là encore on s'est amarré à la bouée, vacante comme les précédentes.


Un peu avant l'entrée du bassin, il y a 2 rivières de déversement du lac situé 50 m plus haut, 2 belles cascades puissantes. Klu Bay est ensuite une petite poche au pied des montagnes, avec une percée au bout, où une rivière s'écoule lentement au milieu d'un marécage. Très joli et paisible, nous avons passé le reste de la journée en compagnie des aigles.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Bailey Bay et les hot springs

Publié le par Frederique

Revilagigedo Island, Alaska

Nous avons quitté Ketchikan sous un ciel complètement bouché, mais enfin sans pluie, après 3 jours consécutifs de pluie abondante. Beaucoup de trafic dans les Tongass Narrows, le passage qui mène à Ketchikan : pêcheurs, paquebots, bateaux moteur, hydravions, mais peu de voiliers. On a aperçu quelques orques de loin.
Dans Behm Canal, une bonne petite brise nous a permis de bien marcher à la voile (7,5 à 8 noeuds de vitesse).

Cleveland Peninsula, Bailey Bay (55°58.45' N, 131°37.23' W)

On est allé dans la baie recommandée par le douanier de Ketchikan, Bailey Bay. Tout le tour de Revillagigedo Island fait partie de Misty Fjords, une zone magnifique, toute en falaise et en forêt, dans la même ceinture humide que Ketchikan : il tombe 4,10 m de pluie par an. La forêt est donc luxuriante, et très verte !

A notre arrivée dans la baie, nous avons été accueilli par une délicate odeur de sève de pin et de genévrier, ravivée par la petite pluie qui venait de finir, et toute la baie s'est illuminée sous un rayon de soleil. Elle est entourée de hautes montagnes, et tout au bout, il y a une belle cascade qui descend en pente douce dans la baie. Canards, phoques et aigles font l'animation musicale du coin.
Le fond est trop profond pour jeter l'ancre, heureusement le Service des Forets a installé une bouée à laquelle on peut s'amarrer, gratuitement. Juste en face, se trouve le départ du sentier qui mène aux lacs plus haut, et aux hot springs.



C'est un petit chemin qui serpente à travers la forêt, et longe un gros ruisseau qui descend d'un des 2 lacs qui surplombent Bailey Bay (ce ruisseau devient ensuite la cascade du bout de la baie). Plusieurs passages boueux ou accidentés ont été recouverts de planches, mais l'humidité constante les a rendu très glissantes et les bottes n'adhèrent pas beaucoup... Il faut ensuite franchir un autre gros ruisseau, qui descend du 2ème lac. Ce passage est un peu délicat, parce que le ruisseau est en cascade, glissant et pentu, mais une corde tendue en travers permet de traverser sans trop de problème. Un peu trempés, et après 120 m de dénivelé environ, on arrive à un grand lac. Là, 2 options : ou on a amené ses rames et on peut donc emprunter les canoës qui sont sur place (laissés là par leurs propriétaires qui permettent qu'on les utilise si on les ramène à leur place ensuite, nous a dit le douanier) ; ou continuer sur le chemin glissant le long du lac pendant encore 2 km.
On a pris l'option canoë, et balade paisible sur le lac, puis remontée de la rivière tout aussi calme, jusqu'aux sources chaudes.

Le cadre est magnifique : les hot springs sont dans une vallée étroite, juste au-dessus de la rivière dans laquelle se déverse le ruisseau chaud. Il descend du sommet de la montagne, suivi par une traînée de brume et avant d'arriver à la rivière, le long de la paroi rocheuse moins pentue, il coule doucement dans une petite cuvette naturelle. Le Service des Forêts a construit un muret pour la fermer vers le bas, et former un bassin de 3 mètres de diamètre environ. Il y a même des planches sur les côtés, pour poser ses affaires au sec avant de rentrer dans l'eau.


Le " bain " est a 42° - un choc quand on vient des 18° de l'extérieur -, un peu trop chaud pour mariner des heures, mais quand même très agréable, l'eau à peine sulfurée. A la sortie de l'eau, on s'est fait dévorer par les affreuses mouches qui piquent, et qui sont à l'affût du moindre bout de peau qui dépasse&

Au retour on était vidé de nos forces, ça a été dur pour ramer sur le lac et marcher sur le chemin glissant jusqu'au bateau, mais on était très contents de la balade-baignade.

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Résumé de nos navigations, de Victoria à Prince Rupert

Publié le par Frederique

On n'est pas très rapides, il nous a fallu 3 mois pour faire 923 milles (1 710 km)... et tout au moteur. Mais on en a bien profité, et eu le temps d'apprécier les paysages et les personnes rencontrées.

On a particulièrement aimé Sidney Spit, au mouillage tranquille ; les îles de Wallace, Gabriola, De Courcy et Jedediah pour leurs jolis mouillages et de belles balades à terre ; Smuggler Cove pour le cadre paisible et l'enfilade de petits bassins ; Princess Louisa Inlet, superbe fjord encaissé, avec une grosse cascade au bout ; Prideaux Haven, magnifique mouillage, sur fond de montagnes enneigées ; Frances Bay, pas terrible en soi, mais où on a vu notre premier ours noir ; Yuculta Rapids, nos premiers rapides ; Waddington Bay dans le Broughton Archipelago, très beau ; Takush Harbor ; Pruth Bay, malgré ces affreuses mouches piqueuses ; Boat Inlet et Alexander Inlet, où on a vu ours et orques ; East Inlet sur Grenville Channel, très joli coin ; Prince Rupert, ville agréable, gens sympathiques et accueillants, beaucoup d'aigles ; et Dundas Island, où des hordes d'orques chassent.

Les températures sont restées fraîches (8° à 15°, avec une moyenne de 12°) d'avril à juin, et le chauffage nécessaire pendant 2 à 3 heures le matin. Il paraît que cette saison était plus fraîche et pluvieuse que les précédentes.
Le bateau a relativement bien supporté l'épreuve de l'humidité constante (70% à l'intérieur), malgré le ruissellement de condensation le long des vaigrages. Par contre les livres, les coussins du carré, et les vêtements moisissent régulièrement. L'électronique ne souffre pas plus (ni moins) qu'à Tahiti.
C'est un peu frustrant de ne pas pouvoir se baigner, mais les balades à terre sont très agréables, et les paysages sont vraiment beaux.

 

Partager cet article

Repost 0

Frontière Sud Alaska, Ketchikan

Publié le par Frederique

Revillagigedo Island, Alsaka

On est parti pour la frontière Alaskanne, changé d'heure (-1 heure, on est dans l'Alaska Time Zone : on a -10h de différence avec la France, -5 avec la Guadeloupe et +2 avec Tahiti), et affalé le pavillon de courtoisie canadien ; il était temps, il manque presque tout le rouge du bout. Je vais avoir quelques temps pour le réparer.

Foggy Bay (54°56.92' N, 130°56.36' W)

Ketchikan est encore loin, on fait une escale à Foggy Bay. Nuit très calme mais pluvieuse, dans cette petite baie bien abritée.

Le lendemain, on hisse le pavillon américain à la place du canadien, le jaune pour les douanes, et en route pour Ketchikan, le port d'entrée. Dehors c'est le grand large, donc des houles croisées. Il faut attendre d'être complètement au Nord d'Annette Island pour retrouver les passages protégés.

Revillagigedo Island, Ketchikan (55°20.37' N, 131°38.42' W)

Alors qu'on n'est encore que dans les Tongass Narrows, le passage qui mène à Ketchikan, les Coast Guards viennent nous faire une petite visite avec leur Zodiac, et nous souhaiter la bienvenue.

On est allé s'amarrer dans le premier bassin du port, Thomas Basin. Il a fallu se présenter tous les 2 aux Douanes, parce qu'ils font aussi Immigration. Très très sympas, rien à voir avec les autres douaniers américains, on nous avait déjà dit que l'Alaska n'est pas comme le reste des US&
D'entrée ils savaient qu'on était le bateau français, parce que les Coasts Guards leur avait passé un coup de fil. Ils ont vérifié notre " cruising license " ; on a rempli les fiches blanches d'avion pour l'immigration, un douanier a fait 3 ou 4 allers-retours vers un autre bureau pour savoir comment remplir certains champs (numéro du vol par ex&) ; entre temps il était bien 13h, ils avaient commandé des pizzas et nous en ont offert une part chacun ! ; ensuite le douanier a fait le boulot du contrôle phytosanitaire (mais on n'avait ni patates, ni boeuf canadien a bord) ; puis nous a indiqué un mouillage de l'autre côté de l'île où il y a des sources chaudes et où personne ne va... et pour finir ils nous ont donné le numéro de téléphone du capitaine du port, qui a son bureau à l'autre bassin plus au Nord, et on a pu téléphoner de chez eux.
C'est assez cool de ce côté-là aussi : c'est le week-end, ensuite lundi c'est le 4 juillet (Independence Day), donc il nous demandé de ne pas passer avant mardi pour payer.
Pour finir, les douaniers nous remettent la liste des numéros de téléphone des autres bureaux de douanes d'Alaska. Il faudra simplement signaler notre arrivée dans les grands ports, par téléphone.
Bons premiers contacts !

On est ensuite aller visiter la ville, sous la pluie battante. C'est mignon mais plein de touristes : 3 a 5 paquebots par jour. Le front de mer est plein de bijouteries, de galeries d'art Indien, et de magasins pour touristes. Après un grand tour dans le centre-ville on est rentrés au chaud au bateau, trempés, et frigorifiés par les 9° extérieurs...



Lundi 4 juillet, on est allé voir la parade pour Independence Day (sous la pluie bien sûr), rencontré les copains français en ville (on savait qu'ils étaient à l'autre bassin, mais trop loin à pied sous cette pluie !), et on a passé la journée ensemble. On s'est promené dans la ville, dégusté une part de tarte aux myrtilles dans une librairie (la coutume pour le 4 juillet paraît-il : faire des tartes et les offrir), discuté avec des gens très sympas. Les gens sont paisibles ici, pas de stress, c'est le rythme Alaska !


Le soir à 5h il y a eu le Timber Carnival, une compétition de bûcherons.
C'était amusant, et impressionnant. Le concours avait lieu dans une arena conçue pour ça, avec gradins chauffés et couverts, et tout l'équipement nécessaire. Ca a commencé par l'hymne américain chanté, debout la main sur le coeur, puis le concours a débuté.
D'abord lancé de hache ("Axe Throw") sur une cible (un rondin) à 3 zones. Les femmes se débrouillaient pas mal, et les concurrents n'étaient pas si nombreux à ne pas rater complètement le rondin.

 


Ensuite, et ça c'était vraiment bien, l'"Horizontal Chop". Les concurrents ont commencé par tailler chacun leur bout de bois, un gros rondin de 50 cm de diamètre environ : avec une hache, ils ont taillé 2 portions plates à chaque extrémité, sur le dessus, pour ensuite pouvoir monter dessus et poser les pieds à plat sur le rondin, le bois étant posé sur un petit ber et fixé avec des crampons. Ils concourraient par 2, chacun pour soi.
Au signal, debout sur leur rondin, ils devaient le couper en 2. C'était vraiment impressionnant à voir, ils taillaient leur bois à grands coups de hache très efficaces pour certains (force et précision), d'abord d'un côté ensuite de l'autre. Les plus rapides faisaient ça en un rien de temps, quelques secondes. Le public, assez nombreux (et surtout des locaux, les paquebots venaient de partir) était bien : les concurrents qui peinaient (et il y en avait qui faisait peine tellement ils s'acharnaient dessus à bout de force) étaient presque plus applaudi que ceux qui avaient réussi très vite. Bonne ambiance, c'était très bien.
Ensuite il y a eu des concours de coupe à 2 avec une grande scie à 2 poignées (Jack & Jill bucking), c'est fou comme ça va vite, ils devaient couper une rondelle sur un rondin fixé verticalement, très efficace. Cette épreuve était ouverte au public, et une personne des gradins, souvent une fille, venait scier avec un(e) professionnel(le).
Puis ça a été à 1 seul (Jill & Jill bucking), la même grande scie mais avec une poignée en moins et le gars tout seul à scier sa rondelle.
Et enfin même chose avec une tronçonneuse. Départ tronçonneuse en marche, posée au sol, au signal il fallait la prendre et scier 2 rondelles (Powersaw bucking).
Ca c'est arrêté là à cause du temps, dommage, il devait y avoir encore du Speed climbing, monter à des troncs assez élevés, verticaux, à l'aide d'un bout de corde ; et d'autres épreuves mais d'après le titre je ne sais pas ce que ça pouvait être... dommage !
Enfin c'était intéressant ces jeux de bûcherons.

On est rentré un peu frigorifiés, malgré les gradins chauffés il ne faisait pas bien chaud (10° à peine) et avec le jean mouillé collé aux jambes c'est pas terrible. Le bateau est transformé en buanderie, des vêtements sèchent un peu partout, heureusement le chauffage électrique branché au quai marche bien, et sèche efficacement.

On a fini par sortir les bottes et le pantalon de ciré, comme beaucoup de monde en ville, ceux qui ne sont pas en jean et baskets (mais c'est bon, on a donné). La pluie cessera bien un jour, il paraît que 2 semaines plus tôt c'était la sécheresse ici, il y a même eu des incendies... Quand les dépressions seront passées ça ira mieux, mais pour le moment c'est vent de SE fort et pluie pluie pluie. Mais il fait bon chaud à l'intérieur !

Publié dans 4-Alaska (USA)

Partager cet article

Repost 0

Frontière Nord Canadienne : Prince Rupert et Dundas Island

Publié le par Frederique

Grenville Channel

 

Kaien Island, Prince Rupert, Rushbrook Public Floats (54°19.56'N, 130°18.29'W)

Prince Rupert est la dernière " grande " ville canadienne avant l'Alaska, où industrie et tourisme sont actifs. C'est une petite ville sympathique, avec des dizaines d'aigles perchés dans les arbres de la marina, beaucoup de pêcheurs (les 4/5ème des bateaux à Rushbrook sont des chalutiers, crabiers, crevettiers et autres bateaux de pêche), et tout le monde a au moins 1 chien en ville ! Il y a plusieurs beaux totems, et une grande communauté d'Indiens.

On a quitté Prince Rupert par le Nord, par le Venn Passage, très sinueux mais correctement balisé, malgré 3 alignements manquants. Le Charlie's Chart est le seul a déconseiller de passer par là, en fait ça se fait très bien, avec un peu de vigilance.

On est ensuite monté vers Dundas Island, et fait un peu de voile pendant une heure, par un bon petit vent de Sud. C'est en arrivant près de la pointe Nord de l'île qu'on a commencé à voir des orques. D'abord un groupe de 8, un gros mâle avec un bel aileron fin et haut, et plusieurs femelles et petits avec des ailerons plus trapus. Ils sont passés près de la côte, suivis plus loin par un grand troupeau d'orques. Là il y en avait en bonne quarantaine, difficile de les compter, ils ne sortent pas tous en même temps !

C'était très chouette, 2 sont venus près de nous, mais sans plus, en passant. Les autres devaient chasser, ils battaient de la queue, faisaient des sauts et dressaient la tête hors de l'eau. C'était super.

Dundas Island, Brundige Inlet (54°35.60' N, 130°52.20' W)

Le mouillage à Brundige Inlet est bien calme. On a jeté l'ancre dans la petite baie à l'entrée de l'inlet. Dommage qu'il y ait plein de ces petites mouche qui piquent si violemment& On attend le retour du vent de Sud, et en route pour l'Alaska ! La frontière est à 7 milles (13 km) d'ici.

Partager cet article

Repost 0