Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire Canada BC

Publié le par Frédérique

Partager cet article

Repost 0

Sommaire USA camping-car

Publié le par Frédérique

Comment lire nos aventures dans l’ordre chronologique ? Voici un petit mode d’emploi pour vous y retrouver : Mode d’emploi / How to.
 
 
Pour naviguer au fil de nos escales américaines :

Partager cet article

Repost 0

Victoria - Thurston

Publié le par Frédérique

Publié dans Cartes

Partager cet article

Repost 0

Les parcs nationaux américains

Publié le par Frederique

Voici uniquement les parcs, monuments, volcans, zone de loisirs, et bord de lac qu'on a visité. Il en existe encore bien plus, mais même en 5 mois on n'a pas le temps de tout voir…

NP : National Park
NM : National Monument
NVM : National Volcanic Monument
NRA : National Recreation Area
NL : National Lakeshore

Washington :
· Mont St Helens NVM
· Mont Rainier NP

Oregon :
· Oregon Dunes NRA
· Oregon Caves NM

California :
· Redwood NP
· Muir Woods NM
· Yosemite NP
· Sequoia & Kings Canyon NP
· Pinnacles NM
· Joshua Tree NP

Nevada :
· Lake Mead NRA
· Valley of Fire State Park

Arizona :
· Grand Canyon NP

Utah :
· Zion NP
· Bryce Canyon NP
· Grand Staircase-Escalante NM
· Capitol Reef NP
· Arches NP
· Canyonlands NP

Colorado :
· Mesa Verde NP

New Mexico :
· Aztec Ruins NM

Indiana :
· Indiana Dunes NL

Wyoming :
· Grand Teton NP
· Yellowstone NP

Toutes les infos à propos des parcs sur le site :
www.nps.gov

Partager cet article

Repost 0

Montana, Idaho, Washington, British Columbia : fin du voyage aux Etats-Unis

Publié le par Frederique

Le Montana est un peu comme le Wyoming : immenses espaces vierges, quelques champs, des pâturages, et des montagnes qui ne paraissent pas se rapprocher.


A l'entrée de l'Idaho, on change d'heure (Pacific Time Zone, TU - 8h), puis notre route vers l'Ouest nous a amené dans l'Etat de Washington, par Spokane.

On est allé visiter le Mont Rainier National Parc, une belle montagne couronnée de glaciers.
Le Mont Rainier est en fait le plus haut volcan de la chaîne des Cascades, et culmine à 4 392 mètres d'altitude. C'est un îlot arctique dans une zone tempérée, son sommet est couvert de plus de 88 km2 de glace et de neige. La fonte de ses 25 glaciers sillonne le terrain de torrents et ruisseaux rapides, et les évents volcaniques ont créé un labyrinthe de grottes de glace.
La dernière grande éruption a eu lieu il y a 2 000 ans, mais le volcan peut se réveiller à tout moment.
Très beau paysage de montagne.


Puis un arrêt à Seattle et retour en Colombie Britannique, Canada.
Vancouver, Victoria et retour au bateau, après 5 mois de voyage à travers les Etats-Unis (du 14 mars au 13 août 2004).

Partager cet article

Repost 0

Wyoming : Yellowstone, vallée, canyon et sources

Publié le par Frederique

La vallée

Au-delà de des forêts qui bordent le lac, ce sont les grandes plaines vertes et les terres marécageuses, où on peut facilement observer la faune : grands troupeaux de bisons, orignaux, antilopes, cerfs et biches, coyotes, etc. Il y a des ours aussi, mais ils sont plus difficiles à apercevoir…


 


Le Grand Canyon de Yellowstone

Il nous a fallu une journée de plus pour visiter une autre zone très intéressante du parc : son Grand Canyon. Long d'une trentaine de kilomètres, ses roches sont toutes en nuances de jaune, orange, rouge, or et brun.


Ces couleurs viennent des composants ferrugineux de la roche, qui ont été " cuits " par l'activité hydrothermale, et qui se sont lentement oxydés.

 


Il y a de magnifiques cascades dans ce canyon, et l'ensemble est absolument splendide.

Il y a d'ailleurs des noms de point de vue assez évocateurs : Inspiration Point, Artist Point ; où on peut facilement rester des heures en contemplation !


Les sources chaudes

On a terminé la visite de Yellowstone par les Mammoth Hot Springs, une zone où les sources chaudes ont encore créé d'autres paysages différents.
Ces sources déposent 2 tonnes de calcite par jour. En se chargeant de dioxyde de carbone, l'eau se transforme en acide carbonique, et dissout le calcaire des couches souterraines. En surface, la solution refroidit rapidement et forme des concrétions calcaires semblables à celles qu'on trouve dans les grottes.
Les coulées de la source sont ainsi sculptées, dans un enchevêtrement de mini-chutes et de terrasses multicolores.



Les couleurs éclatantes viennent des algues et des bactéries qui s'y développent. Selon la température et le pH de l'eau, des cyanobactéries jaunes, orange, vertes, rouges ou brunes se fixent au calcaire.
Angel Terrace est une magnifique source aux terrasses blanches et scintillantes comme de la neige, avec des coulées orange, c'est très très beau.

 


D'autres sources forment un grand dôme, comme celle de Canary Spring, toute en nuances dorées.

 

Un parc magnifique, qu'on a beaucoup aimé.

Partager cet article

Repost 0

Wyoming : Yellowstone, bassins, geysers et lac

Publié le par Frederique

Venant de Grand Teton, on est entré dans Yellowstone National Park par l'entrée Sud : petites cascades puis rivières paisibles et lacs, terrain de chasse des loutres.

Yellowstone est sans doute surtout connu pour ses geysers, c'est en effet là qu'on trouve la plus grande concentration de phénomènes géothermiques au monde.
Mais le parc est si grand qu'il inclut des zones complètement différentes les unes des autres : un canyon profond et de puissantes cascades ; des plaines verdoyantes où paissent des bisons, des biches et cerfs, quantité d'animaux en liberté ; un immense lac aux eaux glacées ; et bien sûr les geysers, et les bassins d'eau et de boue bouillantes.

Yellowstone est situé sur un haut plateau cerné de montagnes au Nord, à l'Est et au Sud. Une grande partie du parc s'étend sur une ancienne caldeira volcanique effondrée. On y trouve plus de 10 000 manifestations géothermiques : geysers, terrasses, bassins d'eau chaude multicolores. Cette activité géothermique est due à un rare phénomène de " point chaud ", une intrusion de magma en fusion située seulement entre 1 500 et 5 000 mètres sous la surface terrestre, qui s'était formée il y a 17 millions d'années à 500 km au Sud-Ouest de Yellowstone.


Les bassins d'eau chaude

On a commencé l'exploration du parc par les bassins et les geysers.
Dans de larges clairières au milieu d'une forêt dense de sapins, de grandes volutes de vapeur signalent la présence de sources chaudes.

 

On débouche alors dans un vaste bassin circulaire où le ruissellement d'une source acide a créé une multitude de minuscules terrasses, un tapis chatoyant coloré par les algues et les bactéries. Les tons arc-en-ciel proviennent de la dissolution de fer et autres minéraux, donnant du rouge, de l'orange et du noir.       


On y trouve aussi des sources chaudes, des bassins de toutes tailles, d'un bleu " mers du Sud ", une eau absolument limpide.
Près de la surface, l'eau se refroidit un peu et permet le développement de bactéries qui colorent le bassin de délicats dégradés de couleurs : jaune, orange, rouge.

 On peut rester des heures à guetter les instants où la vapeur qui recouvre le bassin est doucement soufflée par la brise, et dévoile la beauté du bassin, qui semble sans fond.

 

Dans d'autres bassins, c'est de la boue irisée de rose et d'argent qui bouillonne ;


parfois ce sont juste des émanations bruyantes de gaz sulfureux qui s'échappent d'un trou ; et un peu partout de petits bassins paisibles se vident lentement pour soudainement faire jaillir un petit geyser.

 

Les geysers

Les grands geysers sont un peu plus loin, dans la zone la plus ancienne et la plus chaude du parc, et aussi la plus active : des températures de 238 degrés Celsius y ont été enregistrées, à seulement 300 mètres sous terre.


Les geysers sont dus à l'étranglement des conduits souterrains d'une source chaude. Des bulles de vapeur forcent le passage depuis les profondeurs, créent une énorme pression et font jaillir au-dehors une colonne de vapeur et d'eau surchauffée.
Le plus grand geyser du parc atteint parfois 120 mètres de haut.

 


On est allé voir Old Faithful, sans doute le geyser le plus célèbre, qui doit son nom (le Vieux Fidele) à sa surprenante régularité : toutes les 88 minutes (à plus ou moins 10 minutes), un jet d'eau puissant monte à une quarantaine de mètres, pendant 2 minutes.

Le lac

Le lendemain, on a continué la visite du parc par Yellowstone Lake. C'est un très grand lac aux eaux froides (il est à 2 360 mètres d'altitude), et bleu profond.

 


Son approche peut se faire par une immense zone blanchie par les émanations de sources chaudes et de geysers, avec de magnifiques bassins aux eaux turquoises.

 

Cette zone se prolonge sous le lac, et dans l'eau peu profonde du bord, de petits cratères laissent paisiblement échapper de la vapeur.
En dehors de cette zone, les rives du lac sont boisées de sapins et autres conifères.

 

Partager cet article

Repost 0

Wyoming : Grand Teton

Publié le par Frederique

En quittant le Colorado, on a traversé les collines et les pâturages du Wyoming, les grands espaces sauvages sans personne à des kilomètres à la ronde. Exactement comme les clichés quand on parle des Etats-Unis : les grands espaces vierges, que des prés verts, quelques vaches, et des antilopes.

Au détour d'un col à presque 3 000 mètres d'altitude, la haute chaîne des Tetons apparaît dans toute sa splendeur, le parc national de Grand Teton.


Grand Teton - baptisé par des trappeurs Français au 19e siècle - culmine à 4 197 mètres, et 12 glaciers sont actifs sur l'ensemble de la chaîne.
Les débris arrachés aux montagnes par la glace et déposés à leur pied ont formé des moraines, des barrages naturels qui retiennent l'eau de la fonte des neiges, et ont créé des lacs.


Jackson Lake est le plus grand des 7 lacs de moraine du parc, il fait une très photogénique transition entre les terres marécageuses et les plaines couvertes d'arbres feuillus, et les montagnes.
C'est un paysage d'une grande beauté.

Partager cet article

Repost 0

Du Michigan au Colorado

Publié le par Frederique

Sur le chemin du retour …

Après un peu plus d'un mois passé avec les cousins dans le Michigan, et un voyage éclair en Guadeloupe et Martinique pour voir famille et amis, nous reprenons la route pour retourner au Canada, en Colombie Britannique, où nous attend le bateau.

On a traversé rapidement l'Indiana (retour à la Central Time Zone, TU - 6h), et l'Illinois ; l'Iowa, le Nebraska, et leurs immenses champs de maïs, sulfatés à l'aide de petits avions mono-moteur, qui passent et repassent en rase-mottes, parfois bien près de la route ! ; croisé ces immenses files de trains, de 125 wagons chacun, et 3 locomotives pour tirer et pousser tout ça.

Changement d'heure à nouveau, un peu avant l'entrée dans le Colorado. On est maintenant dans la Mountain Time Zone (TU - 7h). Le camper a vaillamment escaladé les Rockies jusqu'à Frisco, une petite ville près d'un joli lac, à 2 775 m d'altitude, où nous attendait un cousin.


Ensuite crochet par Colorado Spring, pour voir d'autres cousins, et visiter ensemble la région. C'est une ville agréable, qui s'étire au pied du gigantesque Pikes Peak, dont le sommet culmine à 4 300 mètres. On est allé visiter notamment le Garden of the Gods, une zone de formations de roche rouge, perdues au milieu du reste du paysage, de roche blanche.


Ces rochers ont des silhouettes fantastiques, qui s'élèvent jusqu'a 90 mètres et surgissent d'un océan de verdure. Très beau.

Partager cet article

Repost 0

Du Kansas au Michigan

Publié le par Frederique

Traversée du Kansas, Missouri, Illinois, Indiana, et Michigan …

On a juste traversé le Kansas et 20 minutes plus tard on entrait dans le Missouri. Dans la continuité des Etats du Texas, Oklahoma et Kansas, toujours une zone de grandes plaines, avec des pâturages (toujours beaucoup de vaches), des forêts, des lacs, et des rivières presque dormantes.

Pour passer en Illinois, on a traversé le Mississippi à St Louis. Il y a là une grande communauté de Français, les descendants des trappeurs et marchands de fourrure arrivés au 17e siècle. Ils s'étaient essaimés tout le long du fleuve, dans des sites stratégiques comme St Louis.

Dans le Nord de l'Illinois, il y a des communautés d'Amish et de Mormons, qui vivent toujours comme au siècle dernier.

On passe aussi par le " Trail of Tears ", la Piste des larmes, ce chemin tristement célèbre que tous les Indiens de North Carolina, Tennessee, Kentucky, Illinois, Missouri et Arkansas ont dû emprunter en 1838. Chassés de leurs terres, ils ont été forcés de parcourir à pied les 1 300 km, et de se regrouper dans les réserves en Oklahoma.

La route passe à travers de grandes zones agricoles, avec des fermes et des granges dispersées. Une immense plaine plate, verte, avec quelques petits bois autour des maisons. Et beaucoup de petits lacs et de rivières.

On est vite arrivé aux frontières de l'Indiana, et longé les grands lacs.

On est allé marcher dans le sable doré des dunes de l'Indiana Dunes National Lakeshore, avant d'entrer dans le Michigan, et l'Eastern Time Zone (TU - 5h).

Partager cet article

Repost 0

La Route 66

Publié le par Frederique

Cette route est une légende. Elle a été la 1ère à traverser les Etats-Unis, de Chicago à Los Angeles. Elle a plusieurs noms, « the Main Street of America », ou encore « the Mother Road » comme l’a nommée John Steinbeck dans les Raisins de la colère.

 

Longue de 3 865 km, elle traverse 8 Etats : l’Illinois, le Missouri, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas, le New Mexico, l’Arizona, et la Californie.

Elle a été ouverte en 1926 pour les gens sans travail de la côte Est, qui avaient espoir en la terre promise du Far West, et dans la richesse de la Californie.

Cette route est toujours très célèbre aux Etats-Unis, et des gens font encore parfois une sorte de pèlerinage en l’empruntant en moto, ou en voiture.

 

Mais c’est assez difficile de réellement suivre la Route 66.

Pendant toute son existence, elle a subi de nombreuses modifications. Au début, l’ancien tracé original avait des angles droits, transformés plus tard en courbes. Elle a changé maintes fois son tracé, elle a des « alignments », des sections plus anciennes qui ont été ensuite abandonnées pour un tracé plus direct, et depuis sa fermeture en 1985, elle a été recouverte par endroits par des autoroutes, et des portions ont été fermées.

La Route 66 s’appelle maintenant parfois 69, 69 Alt, 60, highway 40, etc. et assez rares sont les tronçons qui portent encore le numéro 66.

 

Il reste quelques vestiges liés à la Route : châteaux d’eau, enseignes, attractions, magasins, ponts, etc., datant de l’époque où elle était en service. Il y a même des brochures éditées par des associations pour la préservation de la Route 66 qui recensent tous ces artefacts et c’est comme un jeu de piste d’essayer de tous les repérer.

 

Mais ces vestiges, bien délabrés pour certains, sot aussi la cible des collectionneurs, et chaque année des enseignes, panneaux indicateurs, et tout ce qui porte la mention Route 66 en général, disparaissent.

Partager cet article

Repost 0

Le Texas et l'Oklahoma

Publié le par Frederique

On a quitté le New Mexico par Albuquerque, et entré au Texas. Là, changement d'heure, de la Mountain Time Zone on passe à la Central Time Zone (TU - 6h). Le paysage évolue assez rapidement des cactus aux grandes plaines d'herbe jaune, avec de grands troupeaux de vaches, et leurs cowboys.
La bien nommée Amarillo (" jaune " en espagnol) est une ville au cœur de cette région très productive, ¼ de la production totale de bœuf des US vient de ces grandes plaines. Il y a des vaches partout (l'odeur aussi est omniprésente…), c'est l'endroit idéal pour déguster de la bonne viande pas chère. Il y a même un restaurant à Amarillo qui propose un steak de 2 kg, gratuit s'il est mangé en moins d'1 heure avec la garniture…

Le Texas est un Etat immense, mais on n'en a traversé que la partie étroite du Nord. Le 100e méridien marque la frontière avec l'Oklahoma. En coupant les Grandes Plaines, il est aussi la frontière virtuelle entre le Far West, ses prairies et ranches d'élevage, et le Middle West, avec son agriculture traditionnelle de maïs et blé.

Le Nord-Est de l'Oklahoma fait partie du Tri-State Mining Area, avec le Sud-Est Kansas et le Sud-Ouest Missouri. C'est une ancienne zone de mines, zinc et plomb (en 1926, 423 000 tonnes de zinc ont été extraites, et 912 000 tonnes de plomb).
Beaucoup de pétrole aussi dans l'Etat, exploité depuis les années 1900. On voit un peu partout des pompes dans les champs.

Les habitants de l'Oklahoma ont d'abord été les Indiens bien sûr, puis des éleveurs Texans qui déplaçaient leurs troupeaux près de la voie ferrée du Kansas pour vendre la viande vers l'Est. C'est depuis cette époque qu'on appelle " cow-boys " ceux qui étaient payés pour escorter les troupeaux.
Encore maintenant, chapeau et bottes de cow-boy sont l'habillement quotidien des gens au Texas et d'Oklahoma, même dans les grandes villes.

Partager cet article

Repost 0

Les car show : expositions de voitures anciennes

Publié le par Frederique

Les expositions de voitures anciennes sont assez populaires aux Etats-Unis, on voit un peu partout des villes qui organisent un Car Show : vieux modèles de voitures, rutilantes et bichonnées.

 

Partager cet article

Repost 0

Utah : les villages Anasazi de Mesa Verde, et Aztec Ruins

Publié le par Frederique

Habitations de falaise, édifices sur la mesa, de la culture Anasazi il reste beaucoup de vestiges, et on a visité quelques sites …

Mesa Verde National Park est dans le coin Sud-Ouest du Colorado.

Il y avaient 4 000 Ancestral Puebloans qui vivaient là, sur le plateau et dans le canyon, entre 600 et 1300 après JC.
Il reste plusieurs villages en ruine sur le plateau, où ils avaient leurs plantations, et plusieurs " cliff dwellings ", les fameuses habitations à flanc de falaise.


Les photos classiques de Mesa Verde montrent toujours en gros plan les villages nichés dans des alcôves, et je croyais qu'on y accédait tranquillement par le bas, depuis des échelles pour passer par-dessus un mur de 4 ou 5 mètres.
Et bien pas du tout ! Les habitations sont très bien protégées, juste sous le plateau et en aplomb du canyon.
On y accède par le haut, et c'est raide dessous, et le fond du canyon est bien loin...


On est allé voir de plus près 2 villages de falaise, Balcony House, et Spruce Tree House.


Balcony House

Visite guidée obligatoire : c'est un tantinet aventureux de descendre là-dedans, et pour préserver le site on n'a pas le droit de toucher les pierres.
Un Ranger (guide) du parc nous accompagne donc, par groupe de 20 personnes (c'est un peu l'usine, on ne peut pas tarder trop parce qu'un autre groupe suit...), commente la visite et stimule un peu le groupe pour passer dans les endroits scabreux.

On est descendus depuis le plateau par des escaliers en béton et rambarde en fer (pas d'origine...) jusqu'à une petite plate-forme en dessous du village, puis monté à une échelle en bois de 10 mètres de haut, bien verticale. Là on débouche sur une place étroite, dallée, fermée par un muret côté gouffre.


Et on peut se promener dans le village, qui est en fait une série de maisons aux pièces étroites, aux murs de pierre qui montent jusqu'au plafond rocheux et épousent les formes de l'alcôve. Les étages avaient de petits balcons, et les gens vivaient beaucoup dehors semble-t-il, sur ces balcons ou sur les terrasses.
Au centre il y a une kiva - salle cérémonielle ronde - creusée dans le sol, avec un système de ventilation astucieusement bien étudié. On y accédait par le toit (au ras du sol donc), par une échelle qui descendait juste au-dessus du feu. C'est là que se tenaient toutes les cérémonies religieuses.

Ils avaient une vue absolument imprenable depuis leur village, sur le fond du canyon, et sur l'autre versant. Un endroit bien tranquille.
Par contre pour y accéder de leur temps c'était autre chose, ils n'avaient pas d'escaliers en béton ni rampe en fer. Pour ressortir du village, on est passé par le seul chemin existant à l'époque, un passage très étroit et très abrupt...

On commencé par ramper dans un petit tunnel, construit dans un petit espace entre la falaise et un énorme rocher appuyé contre. Le tunnel fait 46 cm de large et de haut (il y a un gabarit au Visitor Center où on prend les tickets, pour que ceux qui ont de trop grandes jambes ou de trop gros estomacs voient s'ils ne vont pas rester coincés) sur 4 mètres de long.
Ensuite on monte à une échelle de 3 mètres ; puis par des entailles, sur 20 mètres, creusées dans la paroi verticale (le grillage et la rambarde en fer ne sont évidemment pas d'origine, mais franchement sans ça je ne sais pas si grand monde serait capable de monter, la falaise est lisse, les entailles petites, et le fond du canyon toujours aussi loin dessous), et enfin une autre échelle de 3 mètres pour émerger sur le plateau.

Ce passage très protégé pourrait s'expliquer par le fait que les Ancestral Puebloans n'étaient pas complètement fous pour construire des habitations dans des endroits si dangereux d'accès, mais que dans cette région l'eau était une denrée très précieuse. Et il y a justement des sources d'infiltration dans les alcôves comme celle-ci, donc l'accès à l'eau était bien gardé, et sans doute source de pouvoir.

Il y a beaucoup de ces habitations à flanc de falaise dans Mesa Verde, visibles uniquement depuis le versant opposé du canyon, et souvent en cherchant bien, parce que les pierres des maisons ont exactement la même couleur que la falaise.
L'accès à ces villages se fait toujours par le haut, par de petites encoches taillées dans la roche, juste pour la pointe des pieds et le bout des doigts. Agiles, les Anasazi !


Spruce Tree House

On a visité aussi Spruce Tree House, un village de 114 pièces et 8 kivas (chambres cérémonielles).
L'alcôve en forme de demi-cercle mesure 66 mètres de long, sur 27 mètres de profondeur à l'endroit le plus large. Les maisons ont 3 étages, avec de petites portes (les Ancestral Puebloans n'étaient pas grands : 1,60 m environ) et des balcons étroits tout le long. L'accès aux étages se faisait par des échelles.
Les pièces étaient toutes petites (1,80 m par 2,40 m, et 1,70 de haut, guère plus qu'un placard), c'était en fait des pièces de travail quand il faisait froid, sinon les familles, une centaine de personnes, vivaient et travaillaient dans la cour, sur les toits ou les balcons.

Ils savaient construire des tours rondes ou carrées, en pierres taillées, en utilisant un ciment de boue et de cendres, avec des peintures décoratives et des revêtements à l'intérieur.

Les Ancestral Puebloans faisaient des plantations sur le plateau (surtout des grains), de l'élevage de dindes, et de chiens (pour la chasse, et leur poil dont ils faisaient des vêtements) ; des gens très structurés.


Aztec Ruins

On est allé visiter aussi les vestiges d'un village Anasazi des années 1100-1300 dans le New Mexico, Aztec Ruins National Monument. Plusieurs grandes maisons de plus de 400 pièces, sur 3 étages. Là encore les pièces ne sont pas très grandes, 4 ou 5 mètres tout au plus.


Les maisons entourent une grande kiva, une chambre ronde qui servait aux cérémonies et autres rassemblements. Ce village était autrefois un centre agricole important au bord de la rivière Animas, un site fertile à mi-chemin entre les villages pueblos beaucoup plus grands de Chaco Canyon et Mesa Verde.

Il y a beaucoup d'autres sites alentour, et tous ont été abandonnés vers 1130. Peut-être à cause de la plus grande sécheresse de cette année-là, on ne sait pas.

Après cette étape archéologique (et non " historique ", qui est l'équivalent aux US de la cabane en bois pourrie, vieille de moins de 100 ans) à Mesa Verde et Aztec Ruins, les yeux pleins d'une culture qui ne vaut certes pas celle des Mayas ou des Incas, mais qui est très intéressante quand même, très particulière, on est parti vers le Michigan.

Partager cet article

Repost 0

Les Indiens Anasazi

Publié le par Frederique

Les Ancestral Puebloans, ces Indiens qui vivaient sur le Plateau du Colorado entre les années 600 et 1300 après JC …

Pour essayer de faire court, au début de l'histoire des Indiens, il y avait entre autres les Fremont, et les Ancestral Puebloans (Anasazi). Des premiers on ne sait pas grand chose, ils n'ont laissé que quelques pétroglyphes et pictogrammes qu'on ne sait pas bien déchiffrer ; des seconds on en sait plus du fait qu'ils ont laissé plus de traces : villages assez bien conservés, outils et autres vestiges archéologiques. Mais il n'y a pas de traces écrites de leur culture. Ils vivaient dans la région au 4e siècle et ont disparu soudainement au 13e siècle.

Les Ancestral Puebloans, - dont vous avez peut-être entendu parler sous le nom de " Anasazi " (= les Anciens, ou Anciens Ennemis), comme les ont nommé plus tard les Navajo, - ont construits plusieurs villes imposantes en pierre, composées de grandes maisons de 150 à 600 pièces, sur 2 ou 4 étages, et 3 rangées de chambres.
Certaines pièces servaient de toilette, d'autres de caveau, ou de poubelle. Les salles étaient interconnectées autour d'une place, dans laquelle se trouvaient souvent une ou plusieurs " kiva ", les salles de cérémonies.
Les toits étaient en bois, plats, et souvent on descendait dans les pièces par une échelle depuis le toit.

C'était une civilisation assez avancée pour l'époque, ils ont creusé des réseaux d'irrigation, bâti un centre religieux et commercial, et tracé des routes depuis le Plateau du Colorado pour rejoindre leurs communautés satellites en Arizona, en Utah, et dans le reste du Colorado.
Ils étaient experts en fabrication de paniers tressés, puis de poteries, et savaient prévoir les solstices.

Partager cet article

Repost 0

les cow-boys et les Indiens d'Amérique

Publié le par Frederique

Je ne vous ai pas raconté les Indiens, pourtant il y en a beaucoup dans tous les Etats-Unis, et surtout dans la région du Plateau du Colorado.

Comment raconter les Etats-Unis sans parler des Indiens et des cow-boys ! Heureusement il en reste encore, mais bien sûr maintenant ils ne sont plus dans les grands espaces sauvages comme avant, mais dans les villes. Il y a même des écriteaux à l'entrée de magasins demandant de laisser ses armes dehors avant d'entrer... Ca c'est pour les cow-boys, qu'on voit encore par endroit encadrer leur troupeau de vaches à cheval, pour les changer de pâturage, habillés comme avant : chapeau, jambières de cuir par-dessus le jean, et bien sûr le colt. Tout John Wayne.

Par contre les Indiens ont perdus leur panache d'antan, ils ne portent plus ces beaux habits décorés de perles, ni les coiffes de plumes. Mais ils sont encore bien là.

Les Acoma et les Zuni, au New Mexico, sont des Indiens du Plateau du Colorado, installés là avant l'arrivée des explorateurs espagnols.

Les Ute, contemporains des Ancestral Puebloans, sont toujours dans le Colorado.

Les Navajo sont arrivés bien après, ils ont émigré vers 1400 du Canada. C'est la plus grande tribu et qui a le plus de terre, ils sont principalement en Arizona, mais aussi en Utah et New Mexico.

En Arizona, les Hopi ont une enclave dans les terres des Navajo.

Les Havasupai sont un peu plus loin.

Au New Mexico il y a les Apaches (Jicarilla et Mescalero), et 19 tribus Pueblos (les Acoma, Cochiti, Isleta, Jemez, Laguna, Nambe, Picuris, Pojoaque, Sandia, Taos, Tesuque, Zia, Zuni, San Felipe, San Ildefonso, San Juan, Santa Ana, Santa Clara, Santo Domingo).

Dans l'Utah il y a les Hualapai, les Uintah et Ouray.

Quant aux Pauite, ils ont des terres en Utah et en Arizona.

Tous ces gens vivent dans les réserves où ils ont des tas d'avantages financiers (loyers très bas, tarifs spéciaux pour l'électricité, l'essence, etc.) et sociaux (allocations familiales élevées, et au prorata du nombre d'enfants), mais aussi dans les villes.
Ils ont des activités agricoles et commerciales modernes (chaque tribu a un ou plusieurs casinos), et essayent de garder leurs traditions vivantes.
J'ai discuté avec un avocat spécialisé dans la revendication de leurs terres, qui m'a raconté la difficulté de ces procès, le temps que prennent les recherches pour prouver que les Indiens étaient sur ces terres avant le gouvernement.

Et juste pour la fin, et parce que c'est paraît-il une des plus grandes population indienne des US, les 33 tribus de l'Oklahoma.
Elles vivent dans des Nations, et non pas des réserves. Tous ces Indiens sont venus du Sud-Est jusqu'en Oklahoma, chassés de leurs territoires de North Carolina, Tennessee, Kentucky, Illinois, Missouri et Arkansas.
Ce sont les Cherokee, Chickasaw, Choctaw, Creek, Seminole, Cheyenne, Arapaho, Wichita, Caddo, Comanche, Kiowa, Apache, Osage, Kaw, Ponca, Tonkawa, Otoe, Missouria, Pawnee, Sac, Fox, Iowa, Kickapook, Shawnee, Potawatomi, Quapaw, Peoria, Ottawa, Modoc, Wyandotte, Miami, Seneca, Cayuca.

Voilà pour les Indiens, qui d'ailleurs préfèrent qu'on les appelle the People, plutôt que Native American ou First People, ou Indian.

Partager cet article

Repost 0

Utah : Canyonlands

Publié le par Frederique

Les canyons stratifiés comme un mille-feuilles de Island in the Sky …

Canyonlands National Park est coupé en 3 par les grands canyons du Colorado et de la Green River, en 3 zones différentes : Island in the Sky au Nord (canyons profonds), The Maze à l'Ouest (labyrinthe de canyons) et The Needles à l'Est (aiguilles et arches naturelles).
C'est un domaine accidenté, souvent aride.


La partie Nord, Island in the Sky, est une immense mesa plane (mesa = quand le plateau est plus long que haut), rouge, avec des teintes roses, violettes et aubergine. Une sorte d'île entre les canyons des 2 rivières, qui se rejoignent.
C'est un ensemble de canyons stratifiés comme un mille-feuilles, qui s'étendent à perte de vue dans toutes les directions.


365 m en contrebas, une 2ème mesa, blanche, est à son tour creusée de canyons.
Les rivières sont encore 305 m plus bas.

C'est un joli parc, très grand, un canyon dans un canyon.

Partager cet article

Repost 0

Utah : Arches

Publié le par Frederique

Gracieuses arches isolées et spectaculaires ponts naturels …

Arches National Park offre un paysage fantastique de rochers sculptés par l'eau et le vent, une importante concentration d'arches naturelles en pierre.
Le parc est situé au cœur de montagnes rouge brique, dont il ne reste parfois plus grand chose : des tranches, des aiguilles, des blocs en équilibre, et bien sûr, des arches.

D'où le nom du parc, qui compte plus de 2 000 arches, d'une ouverture d'1 mètre (le minimum pour considérer l'ouverture comme une arche) à la plus grande, Landscape Arch, 93 mètres de base à base.


Ce sont en fait des ponts et des fenêtres, résultat de 150 millions d'années d'érosion.


Bizarrement, c'est une couche de sel qui est à l'origine de tout ça. Une épaisse couche de sel (de plus d'1 km d'épaisseur) est en sous-sol, reste d'une ancienne mer évaporée. Cette couche est instable, et bouge sous le poids de la roche au-dessus, la faisant s'effondrer par tranches verticales.

Les infiltrations d'eau ont ensuite créé des fissures, qui en s'agrandissant ont isolé les formations en tour, aiguille ou aileron. L'eau a continué à s'infiltrer, à geler et dégeler, désagrégeant la roche, perçant des ouvertures, transformant les ailerons en arches.


Comme l'érosion continue constamment, de nouvelles arches se creusent, des anciennes s'écroulent, et d'autres s'élargissent lentement ou d'un coup. Landscape Arch venait tout juste de s'agrandir quand on est passé, un pan de roche s'était effondré sous une de ses bases. Heureusement personne n'était dessous à ce moment-là…

Partager cet article

Repost 0

Utah : Capitol Reef

Publié le par Frederique

Paysage lunaire désolé de buttes, mesas et monolithes …

L'entrée Ouest de Capitol Reef est dans des montagnes couleur chocolat, avec des veines bleues-mauves, et différentes teintes de marron, ocre foncé, rouge brique.
Vers l'Est, ce sont de grands dômes blancs.


Capitol Reef rassemble un grand éventail de roches d'une grande diversité de formes et de couleurs : dalles géantes blanches, grises, roses, or, violettes, orange, rouges, ocre, marron chocolat.
Ces dalles sont assemblées en immenses falaises colorées de 300 mètres de hauteur, en arches ou ponts naturels, en mesas, buttes et colonnes.
Une mesa est une formation rocheuse dont le sommet plat est plus long que la montagne n'est haute. Il s'agit d'une butte lorsque le sommet et la hauteur de la montagne sont d'égales proportions, et d'une colonne quand les proportions s'inversent.

Entre ces 2 zones colorées, la Sulphur River a creusé un canyon profond, alors qu'elle était à l'origine une paisible rivière qui serpentait tranquillement en surface sur le plateau, avant le soulèvement.

A côté, la Fremont River a creusé une vallée où des Mormons ont planté des vergers. On trouve aussi des pictogrammes et pétroglyphes des Fremonts (anciens indiens du 8e siècle dont on ne sait pas grand chose, on leur a donné le nom de la rivière, qui elle-même le tenait d'un cartographe), le long des parois des montagnes qui bordent la rivière.

Au Sud, c'est le Waterpocket Fold, un gigantesque plissement de la croûte terrestre sur plus de 160 km, qui s'est produit en même temps que le soulèvement du Plateau du Colorado.

Partager cet article

Repost 0

Utah : Grand Staircase-Escalante

Publié le par Frederique

Véritable échantillonnage géologique …

Le Grand Staircase-Escalante National Monument est une immense zone à 1 100 m d'altitude, toute plissée de falaises et en terrasses aux différentes couleurs.
Ce sont 7 700 km2 de terres sauvages, un véritable échantillonnage géologique : cette zone rassemble une extraordinaire gamme de formations rocheuses sédimentaires, représentant 260 millions d'années d'histoire de la Terre.


Le Grand Staircase domine le tiers Ouest du parc. Cet immense escalier naturel de strates de couleurs différentes alterne falaises géantes et replats de plusieurs kilomètres.
On peut observer les 5 couches principales de sédiments du Plateau du Colorado, toutes regroupées ici. Ce sont des falaises nommées en fonction de leur couleur :

- Pink Cliffs (falaises rose saumon, rouge, orange, avec des veines lavande) : la couche la plus récente, qui était autrefois un lac.

- Gray Cliffs (falaises gris foncé) : couche en-dessous de la Pink, plus ancienne, qui contient des fossiles marins. Les falaises sont grises, avec parfois des veines bleutées et mauves. Même les montagnes grises sont colorées !

- White Cliffs (blanc, mais aussi rose, orange, rouge, or, brun) : les grandes dunes de sable du désert Jurassique se sont trouvées enfouies sous d'autres sédiments, puis ont été cimentées par l'eau de la nappe souterraine qui s'est infiltrée dans le sable, chargée de silice et de carbonate de calcium. Le sable est devenu du grès, teinté par le fer et le manganèse.

- Vermilion Cliffs (falaises rouge sang) : grès et limon, contient des fossiles, marins et des premiers dinosaures.

- Chocolate Cliffs (brun-rouge foncé) : grès et limon


L'Escalante River a creusé de profondes entailles et gorges dans un immense puzzle de grès, de même que des labyrinthes et des canyons.


C'est vraiment un joli endroit, pas énormément de végétation dans l'ensemble, mais les montagnes mettent de la couleur !

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>