Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Grenville Channel

Publié le par Frederique

Grenville Channel

En quittant Coghlan Anchorage, on a pris Grenville Channel, un long couloir étroit encaissé, avec biches et ours sur le bord de mer. Ce chenal est très emprunté par les bateaux de croisières et les ferries qui rallient Prince Rupert.
Comme pour Princess Royal Channel, le courant entre par les 2 extrémités et tous 2 se rejoignent à peu près au milieu, vers Klewnuggit Inlet.

On est allé visiter Lowe Inlet, et la cascade qui est au bout. Il y a un gros tourbillon à l'entrée de l'inlet, puis un premier bassin calme, et un second, Nettle Basin, où la cascade Verney Falls se déverse.
C'est très joli, les baies sont boisées avec de grands prairies, c'est très calme mis à part le grondement de la cascade. Hélas c'est un peu trop profond pour mouiller (20 mètres de fond), on repart donc dans Grenville Channel.

Le chenal est très étroit à cet endroit, et le vent et le courant nous ont poussé à 10-11 nœuds de vitesse.

Klewnuggit Inlet, East Inlet (53°42.96'N, 129°43.74'W)

On est arrivé à Klewnuggit Inlet au moment de la renverse du courant, et la mer commençait à se lever. On est allé tout au fond, à East Inlet, un très bon abri bien protégé, très calme.
On a été rejoint peu après par 4 autres bateaux, dont les copains français.


Le lendemain tout le monde est parti sauf nous, on a profité de la quiétude du mouillage, et du spectacle offert par les bald eagles et les canards.

Lewis Island Anchorage (54°00.87'N, 130°15.89'W)

La deuxième portion de Grenville Channel s'est faite avec du courant résiduel contraire, malgré la bonne marée.

On est allé mouiller entre Lewis et Porcher Islands, un passage abrité de la mer, et dans une moindre mesure, du vent.

Partager cet article

Repost 0

Boat Inlet, Alexander Inlet, et Coghlan : ours et orques

Publié le par Frederique

Mathieson Strait

 

Cecilia Island, Boat Inlet, un ours !
 
On est entré par Reid Passage, très étroit, bordé de forêt dense, et parsemé de cailloux et hauts fonds heureusement bien balisés. On a zigzagué entre les dangers divers, portés par le courant.
 
L’entrée pour Boat Inlet est elle aussi assez encombrée de rochers, mais ensuite c’est une grande baie, bien protégée par les hauts arbres, avec des zones herbeuses le long du littoral.
 
Là, on a pu observer pendant au moins 1 heure 30 un superbe black bear, un ours à la fourrure noire et au museau marron clair. Notre arrivée dans la baie ne l’a absolument pas dérangé, il ne nous a meme pas regardé ! Pourtant jeter l’ancre n’est pas très discret, et on était à 50 mètres de lui. 
 
 
Il s’est promené tout autour de la baie, en broutant de l’herbe, grignotant des coquillages découverts par la marée basse, et se mettant parfois debout pour attraper des baies sur des branches un peu plus haut. Il se dressait alors sur ses pattes arrières, prenait la branche à 2 mains pour ainsi dire, et retombait doucement en s’effondrant sur les fesses. Spectacle absolument irresistible !
 
Le lendemain on est reparti par Mathieson Channel, puis Oscar Passage, pour rejoindre Finlayson Channel. On est passé devant le village Indien de Klemtu, puis atteint Alexander Inlet, sur l’île Princess Royal.
 
Princess Royal Island, Alexander Inlet, des orques !
 
C’est un inlet long de plus de 5 milles, bien cartographié, avec un passage délicat noté : un gros rocher découvrant uniquement par très grande marée basse, sinon marqué par des kelp.
 
J’ai espéré en vain apercevoir un ours blanc, un Kermode, mais par contre on a eu la visite d’un « pod »,  une famille de 4 orques. Le mâle, très gros, avait un bel aileron dorsal, haut et pointu, tandis que les 3 autres orques étaient plus petits, avec des ailerons plus trapus. Les jeunes batifolaient autour, montrant leurs grandes taches blanches sur la tête et le corps.
 
 
En sortant de l’inlet, on a vu le gros caillou qu’on avait évité en aveugle à l’aller, découvert celle fois-ci par la grande marée basse de vives eaux (5 mètres de marnage).
On est monté par Tolmie Channel, avec le courant portant.
On a rencontré beaucoup de troncs flottants, de bancs de kelp et de petites algues, et aussi, bien plus dangereux, des deadheads. Ce sont des troncs tellement imbibés d’eau qu’ils coulent presque, mais se tiennent à la verticale, avec juste un petit bout qui dépasse hors de l’eau, et sont ainsi difficilement visibles.
 
Après Tolmie Channel, Princess Royal Channel.
Ce passage est si grand que les courants entrent par le Nord et le Sud, et se rejoignent environ à mi-chemin, vers Aaltanhash Inlet.
C’est un très joli fjord encaissé, avec de belles cascades.
On a eu quelques averses, mais aussi du bon vent portant, de secteur Sud avec des passages au Sud-Est et au Sud-Ouest. Ca nous a permit d’avancer à bonne allure à la voile.
On est arrivé un peu en avance sur la renverse du courant au point de rencontre, mais le vent s’est maintenu et on a continué à bien avancer.
 
On est passé devant l’ancienne conserverie de saumon de Butedale, maintenant abandonnée ; croisé une opération de chargement de bois sur une barge, effectué par 2 hélicoptres sous la pluie battante ; et enfin, après une longue navigation de 65 milles, débouché sur Wright Sound, où 7 canaux se rejoignent.
 
 
 
Coghlan Anchorage... rien !
 
On s’est arrêté derrière Promise Island, à proximité du village Indien de Hartley Bay. Dans le passage bien abrité, on a mouillé à Coghlan Anchorage, en face de la plage de galets.
Là on a retrouvé les copains français, par hasard. Pourtant il n’y a pas foule dans le coin !

Partager cet article

Repost 0

Côte Nord de la Colombie Britannique : Codville Lagoon, Cunningham Island

Publié le par Frederique

Queen Charlotte Sound

King Island, Codville Lagoon (52°03.71'N, 127°50.43'W)

On est parti de Pruth Bay par le Nord, pour rejoindre Hakai Passage, puis remonter Fitz Hugh Sound et Fisher Channel.
On est allé à Codville Lagoon, une très grande baie, à l'entrée resserrée en goulet. Il a fallu passer à 1 mètre des rochers de la côte Sud de la passe pour éviter les cailloux du milieu, puis après avoir contourné la grande île de la baie, on est entré dans le bassin de l'Est. Au passage on a admiré un groupe de phoques vautrés au soleil sur les rochers, et une biche à la lisière de la forêt.
Le bassin est malheureusement un peu profond, on a mouillé par 13 mètres de fond, le moins qu'on ait trouvé. Un voilier américain - un couple de Seattle, qui navigue depuis 3 étés dans la zone - s'est installé à côté de nous un peu plus tard, et 3 autres bateaux sont venus passer la nuit dans cette partie de la baie.

Le lendemain, on est allé se balader jusqu'à Sugar Lake, un grand lac distant de moins d'1 km du mouillage, mais pas si facile d'accès : un petit chemin très boueux (bottes obligatoires !) serpente dans la forêt dense, au sous-bois encombré, nous fait escalader de grosses racines de cèdres et quelques formations rocheuses, patauger plusieurs fois dans le lit d'un ruisseau, et dans les flaques de boue.


De l'autre côté, on débouche sur les rives du lac, une surprenante plage de sable rose ocre - qui vire au rouge dans l'eau - prolongée par les montagnes boisées. On a vu plusieurs empreintes de sabots de biches sur le chemin, et sur la plage. Le lac est immense, en forme de sablier, mais on n'en voit qu'une partie de la plage. Plusieurs ruisseaux s'y déversent. C'est un joli coin, qui vaut bien qu'on peine un peu sur le chemin !

Cunningham Island, Lagoon Rapids Anchorage (52°10.59'N, 127°58.68'W)

On est reparti, et croisé 2 dauphins au corps noir, et à l'aileron dorsal et flancs blancs, totalement indifférents.
On avait pour projet d'aller plus au Nord dans Fisher Channel, mais le vent a brusquement tourné (il a venu de face, bien sûr) et accéléré, levant une mer agitée, aux vagues courtes. Notre vitesse ayant considérablement diminué, on a bifurqué vers Gunboat Passage, entre Denny et Cunningham Islands.

Après avoir exploré 2 baies insuffisamment protégées du vent, on a fini par en trouver une à notre goût. On a mouillé par 13 mètres de fond dans une petite baie entourée d'une forêt de cèdres, parsemée de nombreux troncs morts blanchis, sans plus de branches ni de feuilles.

Cette baie n'a pas de nom, elle est adjacente à un lagon que les cartes reportent comme étant Lagoon Rapids. L'entrée du lagon est sur le bord Ouest de la baie, une passe étroite permet d'accéder à une première petite cuvette, puis un îlet obstrue la seconde passe, créant des rapides quand le lagon se rempli ou se vide avec les marées.

A cet endroit, les cartes marines présentent quelques erreurs et lacunes : elles ne signalent pas le rocher à l'entrée de la baie, pourtant découvert et boisé ; et l'îlet qui provoque les rapides du lagon n'en est vraiment un qu'à marée haute, on ne peut le contourner à marée basse pour entrer dans le lagon.

En quittant Lagoon Rapids Anchorage, on a croisé une biche dans le chenal, qui traversait à la nage.

Partager cet article

Repost 0

Côte Nord de la Colombie Britannique : Takush Harbour et Pruth Bay

Publié le par Frederique

Queen Charlotte Sound

En quittant Port Hardy, on a également laissé derrière nous l'Ile de Vancouver, et, temporairement, les passages protégés. Pendant une journée de navigation, on a retrouvé l'air et la houle du grand large, puisqu'au Nord de Vancouver Island, la côte est exposée à l'océan Pacifique.
On a passé le Cape Caution par temps calme et on s'est arrêté un peu plus loin, à Takush Harbour.

Takush Harbour, Fly Basin (51°16.40'N, 127°36.86'W)

C'est une grande baie en chou-fleur, et on est allé dans un des bassins, au cœur de la forêt. L'entrée de Fly Basin est un peu délicate à négocier, avec ses 2 rochers sous l'eau qui barrent le passage. Mais une fois à l'intérieur, la bassin s'élargi et s'avère être un très bon abri : on a passé 2 nuits très calmes alors que le vent de Sud-Est soufflait à 30-40 nds à l'extérieur.
Quand le vent a faibli, on est reparti pour Fitz Hugh Sound, et Calvert Island.

Calvert Island, Pruth Bay (51°39.26'N, 128°07.67'W)

La portion de Fitz Hugh Sound ouverte au large n'était pas trop agitée, et on a ensuite bénéficié de la protection de Calvert Island, qui a complètement aplati la houle. On est allé au Nord de l'île, tout au fond de l'étroit Kwakshua Channel aux parois abruptes, à Pruth Bay.

Au bord de la baie, il y a 2 bâtiments très repérables à leurs toits rouges, c'est un lodge, un petit hôtel qui accueille les touristes venus pour la pêche. Sur la plage, il y a un grand ponton pour leurs bateaux, et ils acceptent que les annexes accostent là. La pêche alentour est réputée pour être bonne, il y a beaucoup de poissons. On a d'ailleurs croisé des groupes de canards qui chassaient, et des mouettes et des aigles qui tournaient ensemble au-dessus.

Pruth Bay est un mouillage un peu profond (13 mètres), mais de bonne tenue et bien abrité. On y a retrouvé un bateau français venu de Tahiti, et ensemble on est allé se promener à terre.

Il y a un court chemin pour passer de l'autre côté de l'île, côté océan. La côte est toute en plages de sable clair, bordées de grands conifères, et séparées les unes des autres par des rochers pointus. Il paraît même, selon les gens du lodge, qu'il y a des loups sur la plage. Un autre petit chemin à travers la foret permet de rejoindre une belle petite plage reculée.


C'est très beau, dommage que ce soit infesté de petites mouches qui piquent comme des guêpes, et dont les piqûres démangent pendant au moins 8 longs jours…

On a passé la soirée avec les copains français, plus un Polonais et un Mexicain, venus au lodge pour un reportage photo, et charter pêche.

Partager cet article

Repost 0

Broughton Archipelago et Nord de Vancouver Island

Publié le par Frederique

Broughton Archipelago

Broughton Archipelago est un ensemble de plus de 300 îlots, entre le Nord de Vancouver Island et le continent. On s'est promené entre les petites îles et les rochers, jusqu'à Bonwick Island, après un petit crochet pour voir des totems sur la plage d'un village Indien.

Bonwick Island, Waddington Bay (50°43.09'N, 126°37.04'W)

On est allé dans la baie tout au Nord de l'île, par un petit chenal sinueux entre îlots et cailloux, très beau.
Waddington Bay est bien protégée, il y a 2 bassins, mais celui du fond n'est pas assez profond pour nous, avec les grandes marées basses actuelles. On s'est contenté de la première baie, qu'on a partagé avec un bateau à moteur Américain.


On est resté bien au calme le temps que le coup de vent de Nord-Ouest passe.

Vancouver Island, Port McNeill (50°35.97'N, 127°05.64'W)

On a traversé Broughton Strait jusqu'à Port McNeill, en admirant au passage une belle et grande baleine, peut-être un rorqual d'après son aileron dorsal.

On est allé à la marina de Port McNeill, refaire de l'approvisionnement en nourriture, eau, gaz et gas-oil, et consulter nos mails. On est ensuite allé en face, au mouillage, avant de repartir dans le Queen Charlotte Strait.

Mais on est parti un peu tard pour la marée, et la renverse du courant a eu lieu alors qu'on n'était pas encore dégagé de la zone de vent fort. La mer a bien forci, vent et courant étaient contre nous, et de nombreux troncs d'arbres et des kelp se dissimulaient sournoisement dans le creux des vagues. Après avoir heurté quelques petits troncs et s'être emmêlés dans des bancs d'algues, on a décidé de se réfugier à Port Hardy.

Vancouver Island, Port Hardy (50°42.62'N, 127°29.07'W)

On a mouillé tout au fond du port, entre un quai de pêcheurs et une zone de stockage de troncs, selon les instructions du Charlie's Chart. Dans la soirée, quelqu'un du port est venu nous demander de bouger et de nous amarrer à des bouées gratuites, plus à l'entrée de la baie. Le vent s'était calmé, et le lendemain on est parti très tôt pour profiter du courant portant.

Partager cet article

Repost 0

Johnstone Strait : Cracroft Islands, Mamalilaculla

Publié le par Frederique

Johnstone Strait

 

Johnstone Strait est relativement étroit, et avant de s'y aventurer il faut prendre en considération les vents et les courants. La marée descendante produit de forts courants allant vers le Nord-Ouest ; la marée montante, de plus faibles courants allant vers le Sud-Est.
Mais l'état de la mer peut être aggravé par les vents s'ils sont contraires au sens du courant, surtout si du Nord-Ouest s'oppose au courant de marée descendante… Compliquée, la navigation dans ces eaux !

Cracroft Islands, Port Harvey (50°34.04'N, 126°16.30'W)

Les conditions météo sont correctes (vent faible, mer plate), il y a juste quelques tourbillons dus aux 2,5 noeuds de courant contraire, mais on doit être aux rapides de Current Pass pour la renverse du courant.
On s'arrête à Port Harvey, un petit inlet entre East et West Cracroft Islands, et on mouille tout au bout, pour être protégés du coup de vent de Nord-Ouest annoncé pour cette nuit. Il y a 2 autres bateaux avec nous.
La baie est entourée de maisons dont certaines ont leur ponton privé, il y a aussi une ferme aquacole et une rampe de mise à l'eau de troncs d'arbres.

East Cracroft Island, Burial Cove (50°33.96'N, 126°13.18'W)

Saut de puce de 6 milles nautiques pour rejoindre Burial Cove, sur East Cracroft Island. Cette petite baie a encore des vestiges de l'ancien cimetière indien. Quelques maisons autour, dans la forêt dense.

Le lendemain le vent se calme, on se dirige tranquillement vers Chatham Channel, en avance sur la renverse du courant. On en profite pour suivre de loin un ours à la nage qui regagne une île ; et visiter Matilpi, une mignonne petite baie cachée derrière 2 îlots, avec une éclatante plage de coquilles blanches, vestiges de clams et autres coquillages ramassés par les Indiens, dont le village est maintenant abandonné.

Cutter Cove (50°37.27'N, 126°15.54'W)

On se présente à l'entrée de Chatham Channel aux environs de l'étale de haute mer. C'est un passage très étroit, un goulet long de 5 milles, entre East Cracroft Island et le continent.
Un alignement permet de passer entre 2 hauts fonds, et il n'y a pas d'autres dangers, mais du fait de l'étroitesse du chenal, il est recommandé de le franchir à marée haute : pour, d'une part, bénéficier du courant portant, mais surtout pour éviter les bancs de kelps (longues algues tubulaires avec un grand plumeau) qui s'étendent de part et d'autre, et obstruent le passage à marée basse.


On est allé jeter l'ancre de l'autre côté, à Cutter Cove, où 2 bateaux à moteur nous ont rejoint.
Le lendemain, on est reparti par une bonne brise de Nord-Ouest, vers Potts Lagoon.

West Cracroft Island, Potts Lagoon (50°33.63'N, 126°27.20'W)

On est allé mouiller dans le bassin du fond, derrière des îlots protecteurs, vers l'entrée du " lagon ". On est allé s'y balader en annexe, c'est une étendue d'eau à laquelle on accède par une tranchée dans la forêt. Marécage et prairie s'étalent au bout. Il y a peu de fond, et beaucoup de rochers à fleur d'eau, mais c'est très joli. Le lagon a un palier à l'entrée, et il se forme une chute d'eau quand il se vide.


La baie où on a jeté l'ancre est entièrement entourée de forêt dense, si dense que les habitants ont préférés construire leurs maisons sur l'eau plutôt qu'à terre. Il y a 4 maisons installées sur des plates-formes flottantes, avec les bateaux amarrés devant.
C'est typique des camps de logging (bûcherons). Il y a 3 autres bateaux avec nous.

Mamalilaculla (50°37.43'N, 126°34.70'W)

On a quitté Potts Lagoon par Beware Passage, un passage tout en cailloux à peine immergés, en avancées de récifs, îlots éparpillés et bancs de kelp : de nombreux dangers, la plupart visible à marée basse, mais aussi pas mal de rochers invisibles, et bien sûr aucun n'est marqué d'une balise.

On s'est arrêté à Mamalilaculla, un ancien village Indien abandonné, envahi par les buissons épineux, et niché au cœur d'un grand verger. Il reste un totem, tombé, sculpté dans un énorme tronc de cèdre, qui représente une sorte de crocodile, tête vers le haut, et en-dessous, une forme qui ressemble étrangement aux tiki des Marquises.

Partager cet article

Repost 0