Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Balade à cheval dans la vallée de Taiohae, suite

Publié le par Frédérique

undefined

Pause casse-croûte. Notre guide, Patrice, a cueilli des pamplemousses bien juteux, miam !

 

undefined

Pause casse-croûte pour tout le monde... Mon cheval bâfre tout ce qui ressemble à des fougères et à des petites pousses tendres, il profite de chaque occasion pour croquer une feuille !!

 

undefined

Quelques passages un peu scabreux, les arbres sont en vrac et Patrice doit tailler dans le tas. Ca arrange bien mon cheval, ces petits arrêts, il y a plein de bonnes herbes par là...


Super balade ! Dommage, c'est François qui prenait les photos, il n'y en a pas de lui...

 

Partager cet article

Repost 0

Balade à cheval dans la vallée de Taiohae

Publié le par Frédérique

10 janvier


Les chevaux ont une place importante aux Marquises, ils participent à la vie quotidienne soit en tant que montures, soit en tant que porteur de sacs de coprah (noix de coco) ou autre.

C'est très courant de voir des chevaux montés à cru, même ici en ville, et presque tous les soirs des chevaux sont menés sur les plages pour être baignés.

C'est là aussi, dans l'eau, qu'ils sont dressés par les Marquisiens.

 

undefined

Marie-Laure et Benoît sur leurs fières montures...

 

undefined

... et moi, pas très fière, ni très à l'aise !

 

undefined

En route pour la brousse, il faut faire attention aux branches au niveau de la tête...

 

Partager cet article

Repost 0

Elections en Polynésie Française

Publié le par Frédérique

Hier a eu lieu le premier tour des élections des représentants de l'Assemblée de Polynésie, pour ensuite élir un nouveau Président.

Ici aux Marquises le premier tour a suffi, les 3 postes prévus pour l'archipel ont été pourvu : c'est Benoît Kautai (actuel maire de Nuku Hiva) et Joëlle Rauzy épouse Frebault, de la même liste Te Henua Enata a Tu, associée à celle de Gaston Tong Sang, qui l'ont emporté haut la main ; le 3ème représentant pour les Marquises est René Kohumoetini du Tahoeraa Huiraatira (parti de Gaston Flosse).

Le 10 février, tous les autres archipels voteront pour le 2ème tour, pas les Marquises !


Pour en savoir plus sur ces élections .

 

Partager cet article

Repost 0

Tour de Nuku Hiva par la route, côte Est, baie de Taipivai

Publié le par Frédérique

undefined

La baie du Contrôleur, en face du village de Taipivai


undefined

La baie du Contrôleur est en fait composée de 3 baies, celle-ci est celle de Hakapaa, la plus à l'Ouest


undefined
 
La vallée de Taipivai


undefined

Le village de Taipivai. Avant l'arrivée des explorateurs, c'était une vallée très densément peuplée

 

Partager cet article

Repost 0

Tour de Nuku Hiva par la route, côte Est, baie Hatiheu

Publié le par Frédérique

undefined

La baie juste à côté d'Aakapa : Hatiheu


undefined

Les pics de Hatiheu commencent à apparaître au detour d'un virage


undefined
 
La Vierge surveille la baie depuis le sommet d'un pic


undefined

Vue de Hatiheu depuis la route qui monte au col

 

Partager cet article

Repost 0

Tour de Nuku Hiva par la route, côte Est, baie Aakapa

Publié le par Frédérique

undefined

Les pics d'Aakapa au loin


undefined

La baie Vaipu


undefined
 
La belle baie d'Aakapa, ancien cratère de volcan


undefined

La côte de Nuku Hiva déchiquetée, en face de la baie d'Aakapa

 

Partager cet article

Repost 0

Tour de Nuku Hiva par la route, côte Est, baie Hakaea

Publié le par Frédérique

undefined

Intérieur de l'île, la vallée Hakaea


undefined

La baie Hakaea


undefined

Jolie plage de la baie Hakaea


undefined

On s'éloigne, et la baie se referme...

Partager cet article

Repost 0

Tour de Nuku Hiva par la route, côte Est, baie Hakaehu

Publié le par Frédérique

undefined

Intérieur de l'île, dans la vallée de Pua


undefined

La baie Hakaehu


undefined

Qu'il fait bon vivre ici...


undefined

Pirogue sur la plage de Hakaehu, pour la pêche

 

Partager cet article

Repost 0

Départ de Claudine, et tour de l'île

Publié le par Frédérique

6 janvier


Ce matin, on part de bonne heure pour l'aéroport. L'avion de Claudine est à 11h30, un ATR qui vient de Tahiti, fait escale à Nuku Hiva, et repart sur Tahiti dans la foulée.

On attend que le Twin Otter inter-île fasse la navette entre Hiva Oa, Ua Huka et Ua Pou pour amener tous les passagers ici, puis l'ATR décolle.

Claudine passera la nuit dans une pension à Tahiti (Chez Myrna), pour prendre l'avion pour les Etats-Unis puis la France vers 9h demain matin.


Après décollage de l'avion, on reprend la route pour retraverser l'île, mais cette fois par la côte Est : Aakapa, Hatiheu, Taipivai, Taiohae.

 

undefined

 

undefined

La baie Haahopu, à côté de l'aéroport, où le Taporo - le cargo qui amène le gaz et l'essence - débarque les bidons ensuite acheminés sur Taiohae.

 

Partager cet article

Repost 0

Balade sur la crête

Publié le par Frédérique

4 janvier


Claudine part dans 2 jours, on l'emmène faire une petite balade à pied le long de la baie de Taiohae, jusqu'à la crête avant la Sentinelle de l'entrée.

undefined

 

Vue plongeante sur le grand quai où accostent les navires ravitailleurs, avec l'unique station service de l'île, et les bâtiments du CETAD (collège technique).

 

undefined

Le chemin est très agréable, à l'ombre sous les arbres. Etonnants comme ils sont couchés, non non, ce n'est pas la photo qui est de travers !!

 

undefined

D'en-haut, belle vue sur la côte de Nuku Hiva.


undefined

La baie de Taiohae, et François et Claudine, les vaillants marcheurs...


Partager cet article

Repost 0

Retour à Taiohae pour le départ de Claudine

Publié le par Frédérique

Le mouillage d'Anaho est secoué de fortes rafales depuis 2-3 jours, le fond d'excellente tenue ne pose aucun problème, mais les conditions de navigation en mer ne doivent pas être optimales...

On décide de partir quand même pour Taiohae, pour être un peu en avance avant le départ de Claudine vers la France.

La navigation est effectivement peu paisible : le vent de Sud-Est qui souffle depuis quelques jours a levé une belle houle de 2 mètres 50 à 3 mètres, et combinée à celle de Nord d'1 mètre 50 à 2 mètres la mer est chaotique. Sans oublié le ressac contre les falaises de l'île, qui renvoient des vagues d'1 mètre à 1 mètre 50 par le travers...
Claudine se cramponne !

(pas de photo, ça mouille !)

Partager cet article

Repost 0

Nouvel an à Anaho

Publié le par Frédérique

Bonne année 2008 à tous ! Kaoha te ehua hou !

Le réveillon se passe à terre, avec une vingtaine de copains, chez Léopold.

 

undefined

Au menu, un four marquisien : cochon, fruits à pain et bananes, poisson cru au lait de coco, poe potiron.
C'est bien bon, et la soirée est très sympa.

 

undefined

Les amis sortent la guitare et le ukulele, jouent des airs polynésiens, chantés par Juliette et repris par tous en choeur !



(photos de Marc et Jane)

Partager cet article

Repost 0

Réunion de la flotte familiale

Publié le par Frédérique

undefined

Les 3 voiliers : nous, mes parents, et ma soeur

Partager cet article

Repost 0

Billet du jour de François

Publié le par Frédérique

J'ai lu, sur les conseils de notre neveu Tom, le livre "Effondrement" de Jared Diamond.

Le sous-titre de cet ouvrage (de 650 pages) est : "Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie".

Je suis d'un naturel habituellement prudent en ce qui concerne les affirmations péremptoires des uns et des autres sur le changement climatique,  les responsabilités, les causes et les effets.

Rien n'est simple et tout est conjectures. Les perspectives que les PRO et les CONTRE nous assènent reposent sur un étalonnage des données climatiques qui n'a pu être réalisé faute de recul suffisant et qui ne pourra être réalisé qu'après des évènements qui sont, peut-être, en train de se produire.

 

De plus, chacun y va de son PRINCIPE de PRECAUTION dont la vraie signification échappe à beaucoup ! En effet, ce dernier signifie plus "accompagnement sous observation" que "interdiction" ou "arrêt".

C'est pourquoi le livre "Effondrement" est intéressant car il essaie d’interpréter (ce n’est pas un livre objectif, comme tous les livres de ce type) le pourquoi du succès ou de l’échec de certaines communautés qui ont vécus à l’écart d’influences extérieures (autres pays) autres que climatiques ou environnementales.

 

Ce n’est pas un livre parfait mais il pose quelques bonnes questions et aussi montre l’erreur de croire vraies les affirmations suivantes :

 

    - L’environnement doit être mis en balance avec l’économie

    - La technologie résoudra nos problèmes

    - Si l’on épuise une ressource, on peut toujours passer à une autre qui remplit les mêmes besoins

    - Il n’y a pas vraiment de problème alimentaire mondial

    - Si l’on en croit les indicateurs habituels, la situation s’améliore

    - La crise démographique se résout d’elle-même

    - Le monde peut s’accommoder indéfiniment de la croissance démographique

    - Le souci de l’environnement est un luxe des pays riches (hors Chine et Inde) et on ne peut l’imposer au Tiers-Monde.

    - Si les problèmes d’environnement deviennent désespérés, nous ne serons plus là pour les voir

    - Les problèmes du passé n’ont rien à voir avec la situation actuelle

 

 

Je ne développerai pas ce que le livre fait très bien, mais sur la dernière « fausse » affirmation, il a toujours été vrai que ceux qui ne tirent pas les leçons des échecs passés sont condamnés à les répéter.

La révolte des Cipayes, meurtrière, aux Indes coloniales, ressemble étrangement à notre brave guerre d’Irak. Mais pas seulement cet exemple tant les guerres d’invasions ont été pratiquement toutes vouées à l’échec à plus ou moins courtes échéances.

De même qu’en ce moment se précise une récession de l’économie américaine, récession qui a été prévue depuis plusieurs années et amplifiée par le phénomène « Bush ».

Rien de bien nouveau sous le soleil donc. Lisez ce livre, empruntez-le en bibliothèque, si vous supportez le fait d’être « dérangé » dans vos habitudes de penser.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Le 25 décembre à Anaho

Publié le par Frédérique

On fait un petit tour dans le mouillage pour souhaiter Joyeux Noël aux copains de bateaux, et rendre visite à des amis de Claudine qui sont en croisière sur l'Aranui.

Ce cargo-mixte (fret et passagers) qui fait la liaison Tahiti-Marquises était arrivé hier dans la baie, mais avait passé la nuit dans l'entrée.
Par contre ce matin il est venu mouiller juste devant nous, et on a eu droit à une grosse fuite de gasoil, des ballons de fêtes dérivant sur l'eau, et même une télévision jetée à la mer... Les navettes ont débarqué plein de touristes sur la plage, nous on est resté à bord, et on s'est encore réunis pour une grosse bouffe.

Partager cet article

Repost 0

Retour à Taiohae, puis Anaho pour Noël

Publié le par Frédérique

On retourne sur Nuku Hiva, Taiohae, le temps d'une lessive et de quelques courses en prévision de Noël. Il est prévu qu'on passe les fêtes à Anaho, avec les bateaux de mes parents et de ma soeur.

Hélas pour le moment les estomacs ne sont pas au mieux de leur forme, chez nous tout va bien, mais beaucoup de monde a les symptômes de la gastro, et de la grippe (chez Marie-Laure notamment, les enfants et Benoît sont malades). L'après-festival est un peu douloureux pour certains...

Claudine commence à avoir l'habitude des petites navigations, celle-ci est tranquille : vent dans le nez de Taiohae au Cap Martin, comme d'habitude, puis au près jusqu'à Anaho, avec une mer peu agitée.

Là on retrouve plusieurs bateaux de copains, et l'avant-Noël se passe en visites, en petites réparations diverses chez les copains de bateau et à terre, et enfin le 24, en préparation du repas de fête. Moi je m'occupe de la bûche.

C'est super de passer les fêtes en famille ! Il manque une de mes soeurs (qui est en France) mais c'est déjà chouette d'être réunis, ça faisait bien longtemps...

Joyeux Noël à tous !!

Partager cet article

Repost 0

Festival des Marquises, 2ème journée à Hakahetau

Publié le par Frédérique

19 décembre


Même chose qu'hier, le Dumont d'Urville et d'autres bateaux de transport reviennent dans la baie pour débarquer d'autres festivaliers et d'autres touristes. Le ballet des navettes pour débarquer tout ce monde reprend, et le nôtre aussi. Même organisation que la veille, une annexe pour amener tout le monde au quai.

 

undefined

La délégation de Rapa, aux Australes.

 

 

undefined

Les Australes, ici Rurutu, sont réputées pour leur magnifique artisanat, le tressage de fibres végétales en chapeaux, paniers, etc. Leur délégation interprète ici un himene, un chant à capella.

 

 

undefined

 

undefined

L'île de Tahuata fait une belle prestation, avec de magnifiques costumes

 

 

undefined

Petite pause pour les batteurs, qui font vibrer tout le monde avec leurs grands tambours.

 

A midi, un grand kaikai est servi : cochon, chèvre, poulet, taro, igname, pamplemousse, fruit à pain cuit au feu de bois, et poisson cru au lait de coco. Toujours aussi copieux !


Le soir à 16 heures, on embarque tous sur un seul voilier pour aller voir les danses à Hakahau : 17 personnes à bord ! Le mouillage de la ville, Hakahau, est déjà bien encombré et on ne fait que l'aller-retour le temps du spectacle.

Magnifique...

Retour vers notre baie - Hakahetau - à 1h30 du matin, belle navigation sous les étoiles et un bon petit vent portant, et à 3h tout le monde est au lit dans son bateau respectif.

Partager cet article

Repost 0

Festival des Marquises, prestation de la délégation de Nuku Hiva à Hakahetau, et kaikai

Publié le par Frédérique

18 décembre

 

undefined

Les beaux guerriers de Nuku Hiva, avec colliers de dents de cochon.

undefined

 

undefined

 

undefined

undefined

Danse très suggestive !

undefined

Chaque délégation a ses musiciens, des batteurs qui jouent merveilleusement bien, un ensemble puissant de sons de grands tambours (les pahu) qui prennent aux trippes !

 

A midi, un grand kaikai (le repas communautaire) est servi. C'est un four marquisien, où tout est cuit dans un trou à l'étouffée, chaque aliment emballé séparément dans de grandes feuilles de bananiers. Dans le four il y a du cochon, des patates douces, des bananes cuites, du poe banane (un dessert de farine de manioc cuite avec de la banane et servi avec du lait de coco), et aussi du fruit à pain cuit au feu de bois, et du poisson cru au lait de coco.

Il y en a pour tous, du moment qu'on mange dans un récipient biodégradable : feuilles tressées, cocos ou bambous coupés en 2. Tout est servi en même temps, et on mange avec les doigts. De bonnes portions, pour 500 fcp (environ 4 euros), c'est copieux !


A 13h, les délégations repartent à Hakahau avec le Dumont d'Urville et les autres bateaux de transport, pour être sur place pour les prestations en soirée.

Nous, on va se promener à la cascade et se baigner dans la vasque. Au retour au quai, on réembarque tous par le même moyen, une annexe qui fait plusieurs voyages pour nous ramener tous à notre bord respectif.

Partager cet article

Repost 0

Festival des Marquises, début des animations à Hakahetau

Publié le par Frédérique

18 décembre

 

undefined

La délégation de Hawaii exécute un rituel à la mer, une cérémonie d'hommage à l'océan.

 

undefined

A la rivière, la troupe de Ua Pou reconstitue un combat entre 2 tribus, et la capture d'un des chefs. Tout le monde se déplace ensuite juqu'au site du marae, Te Tahuna, pour la suite des danses.

 

undefined

Une délégation de Rapa Nui (l'Ile de Pâques) est présente, tous vêtus (assez peu en fait !) de parures de plumes.

undefined

Leurs danses sont très aériennes, beaucoup de sauts et de bonds gracieux, c'est très beau et très différent des danses marquisiennes.

undefined


Rapa Nui et Ua Pou s'échangent des parures : colliers de graines et plumes changent de mains.

 

undefined

Les enfants aussi sont de la fête !

undefined

Leur costume est traditionnel, fabriqué avec du tapa (écorce d'arbre frappée jusqu'à ce qu'elle devienne aussi douce et souple que du tissu), et orné de graines.

Partager cet article

Repost 0

Festival des Marquises, journée à Hakahetau

Publié le par Frédérique

18 décembre

Comme prévu, le mouillage est bien rouleur, la houle rentre et les bateaux roulent bord sur bord... pas très confortable !

Lundi on tente un débarquement, mais le nouveau petit quai en béton - construit en vitesse à l'occasion du festival - est en forme de U trop serré, les vagues s'engouffrent là-dedans et ça bouillonne. On abandonne, parce qu'en plus les marches sont à 2 mètres au-dessus de l'eau à marée basse...


Mardi, dès 7 heures du matin, le mouillage est en pleine effervescence : de gros navires sont venus dans la baie pour débarquer plusieurs centaines de festivaliers, et de touristes. Le bateau militaire le Dumont d'Urville ouvre le bal des navettes, suivi par le cargo-mixte l'Aranui, et par le bateau de passagers le Kaoha Nui qui vient de Nuku Hiva.
Aujourd'hui et demain les animations se déroulent ici, sur les sites d'Hakahetau et de Hohoi.

On se faufile entre 2 navettes des gros navires pour débarquer à notre tour, cette fois c'est plus facile : c'est marée haute et les marches sont presque accessibles, et des pompiers sont là pour hisser les gens sur le quai.

L'entraide dans le mouillage joue à fond, et on débarque tous en plusieurs voyages de la même annexe : Benoît fait le tour des voiliers pour emmener ceux qui le veulent à terre, puis laisse son annexe sur ancre un peu plus loin pour ne pas l'endommager, ni encombrer le quai. Il véhicule comme ça les équipages de 8 bateaux, près de 25 personnes ! Merci Benoît !

 

undefined

Ca tangue !!
Après tous ces jours à rouler sur le bateau, la terre ferme ne semble pas bien stable à Claudine !

 

undefined

Guy et Jeanine, mes parents. On attend que Benoît amène tout le monde à terre.

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>